Les histoires de Charlie

Histoires de...
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Brouillon

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:03

_ Une communication pour vous sur le téléphone, monsieur. Un appel du Central. Un capitaine des Protecteurs avec un nom en -na, gresilla la radio du docteur Swensson.
D'abord surpris par la voix de sa secrétaire, Onrik Swensson le fut encore plus en entendant que la communication était sur télephone. Cet outil démodé était très rarement utilisé. Seul les personnes ne voulant pas se montrer s'en servaient encore, à condition d'en avoir.
_ Très bien je prend, répondit il par l'interphone, tout en decrochant le combiné télephonique
_ Onrik Swensson à l'appareil. A qui ai je l'honneur?
Une voix courroucée lui répondit.
_ Capitaine Calmina, des Protecteurs. Responsable des secteurs frontières du quartier résidentiel des Vents.
_ Interessant. Mon hôpital s'y trouve justement... mais avec un nom semblable vous deviez vous en douter capitaine?! Que puis je pour vous?
_ J'ai devant moi un énergumène menaçant qui m'a demandé de vous appeler. Je ne sais rien de plus... il dit s'appeler Will, ajouta t elle après une hésitation. Il dit que vous le connaissez.
_ Pouvez vous me le passer s'il vous plait?
Une série de bruits étranges remplaça la voix du capitaine. Des murmures, des grattements, un bruit de chaise tombant au sol. Après un grésillement il entendit la voix de Rhys.
_ Coucou, c'est moi. Votre ami Will.
_ Mais qu'est-ce que tu fous là bas bordel? rugit Swensson. Qu'est-ce qui s'est passé?
_ Les détails seront pour plus tard. En attendant j'aurai besoin d'un coup de pouce pour sortir d'ici sans trop de carnage. Je me vois mal sortir avec cette hystérique en otage. Swensson entendit une insulte du capitaine suivit d'un coup sourd et d'une menace de Rhys. Bon alors. Avez vous un moyen de m'aider? Ou je fais ça à ma manière.
_ Je vais contacter quelqu'un. En attendant pas de bêtise. Ne vous en prenez surtout pas à un Protecteur. Ca compliquerait sérieusement les choses!
_ Trop tard.
Après avoir coupé la communication, Swensson composa un numéro avec le telephone. "Il n'a surement pas envie de voir ma tête là où il est" pensa t il à propos du destinataire de l'appel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:03

Aliocha ne se souvenait pas à quand remontait sa dernière pause café. Mais les documents qu'ils découvraient été tous plus interessants les uns que les autres. Celui qu'il avait sous les yeux concernait les morts mystérieux de ces derniers jours. Le même genre de cibles que celles des Rebelles. La similitude s'arretait là. Là où les Rebelles organisaient un attentat de grande envergure, les nouveaux terroristes travaillaient avec minutie: un tireur d'élite tuait la cible. Jusqu'à présent il n'y avait pas eut de blessé. Chaque tir atteignait la victime en plein front. La balle de petit calibre ne laissait qu'un trou rouge sanguinolant entre les deux yeux. Ces meurtres se produisaient simultanément en des endroits très différents. Ils avaient commencé le lendemain du grand coup de filet réalisé par les Protecteurs sur le quartier des Rebelles. Depuis, il y en avait déjà eut une soixantaine.
Une très jeune secrétaire travaillait avec lui. Elle avait tout juste 18 ans, mais Aliocha tenait à ce que tout le monde continue de penser qu'il était jeune lui aussi. Ainsi on ne se méfiait pas de lui. Malgré son corps de jeune adulte, il recelait déjà une certaine expérience. La vieillesse n'avait pas la même prise sur lui que sur les humains. Sa mère était une simple expérience... une expérience si belle que celui qui était devenu Bazileus avait succombé à son charme. Elle était morte avant même de le mettre au monde. Mais un chercheur avait tout fait pour qu'il vive, pour sauver son expérience. Il l'avait elevé en cachette, ne révelant son existance à son père uniquement après son accession au pouvoir suprême. Le résultat dépassait ses expériences. Non seulement Aliocha vivrait plus longtemps, mais son corps vieillisant également moins vite, il pouvait esperer vivre jusqu'à 350 ans.
"J'ai le temps avec moi!" songeait il lorsqu'une sonnerie stridente eclata.
Posant le dossier devant lui, il regarda avec stupeur le télephone qui vibrait. Il congédia sa secrétaire puis decrocha. La discussion fut brève. Il écouta son interlocuteur et lui promit d'agir aussitôt. Quand il raccrocha, il avait son regard des mauvais jours. Il fit pivoter son fauteuil et se tourna vers l'holographone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:04

Lorsque la sonnerie du télephone retentit, Rhys laissa Fyrya decrocher. C'était Swensson qui lui apprit que le probleme allait être bientôt reglé. Le savant lui conseilla de ne pas se faire trop remarqué et de faire tout ce qu'on lui demanderait. Rhys coupa la communication en souriant. Ressuciter des hommes ne faisant pas partie de ses pouvoirs, la discussion était mal partie...

Il n'attendit pas longtemps. Lorsque il entendit frapper à la porte, il se leva pour s'en approcher. Fyrya Calmina en profita pour se jetter sur lui, tentant de profiter d'une seconde d'inattention. Rhys replia ses doigt et lançant sa main à hauteur du cou de la femme il la frappa d'un coup accentué par l'élan de celle ci. Elle s'ecroula en gargouillant.
De l'autre coté de la porte, un homme cria.
_ Que se passe t il ici? Nous avons reçu l'ordre de vous faire sortir sans qu'il n'y ait de probleme, alors ouvrez cette porte.
Après avoir regardé le sol, Rhys répondit en souriant.
_ Je n'ouvrirai pas sans avoir des certitudes... Quelles sont mes chances d'atteindre l'extérieur?
_ Ouvrez cette porte et nous en discuterons, s'impatienta son interlocuteur.
Tirant le verrou, Rhys entrouvrit la porte.
_ Voila, nous pouvons parler moins fort, ça vous va?
En face de lui se tenait un homme de forte carrure d'une quarantaine d'année, les yeux cernés, mal rasé. Essayant de regarder dans la piece, il posa la main sur la porte et essaya de la pousser. Rhys lui mit son arme sous le nez.
_ Désolé on n'entre pas! Pas tout de suite.
_ Qu'est-ce que vous cachez? Vous avez une bombe? c'est quoi le probleme?
_ La bombe c'est moi, lui sourit Rhys. Tu t'approches, j'explose. Maintenant je veux savoir comment vous allez me faire sortir d'ici.
Le quadragénaire était visiblement sur les nerfs.
_ Ecoutez. Cette affaire ne me regarde pas. Tout ce que je peux vous dire c'est que je viens de recevoir un ordre et que je vais le faire appliquer. Peu m'importe ce que vous avez fait dans cette piece. Vous sortez, je vous ammene dehors et un vaisseau de patrouille vous ramène à votre hôpital... La Rose des vents je crois, dans le quartier du fric, grommela t il.
_ J'accepte de vous suivre à une condition: vous n'ouvrez pas cette porte avant que je ne sois dans votre navette.
_ Bien sût Pas de probleme. Allons y alors.
Sortant avec précaution de la piece, Rhys la referma derière lui en s'assurant que personne ne voit l'interieur. Ecoutant l'homme donner des ordres, il le suivit tout en observant tout ce qui se passait autour de lui. La vie semblait s'être arrêtée. Tous les yeux étaient braqués sur lui. Ils traversèrent le grand hall vitré sans encombre. Montant un escalier, ils se retrouvèrent au 3e étage, sur une grand terasse.
A l'instant où ils sortirent, un cri retentit: "IL LES A TOUS TUES!!!!"
Bousculant son guide, Rhys lui colla le canon de son arme dans les cotes.
_ On se bouge, l'ami.
Ils traversèrent rapidement l'espace les séparant d'un petit vaisseau prêt à décoller. Poussant son otage devant lui, Rhys monta à bord.
_ Mais je ne dois pas monter avec vous, fit remarquer le colosse. J'ai autre chose à foutre!
_ Tu auras tout ton temps en revenant. Dis au pilote qu'on y va. Vite.
Au moment où le vaisseau s'éleva en l'air, une Protecteur surgit sur la terasse en faisant de grands signes. Rhys lui fit un signe de la main.
_ Trop tard.

Survolant la ville, Rhys comprit pourquoi le quartier "des vents" était protegé par des patrouilles en continu. Partout s'étalait la misère et la crasse. Les rares quartiers aisés étaient sous surveillance, de même que ce qui ressemblait à d'immences serres. Son compagnon de vol lui confirma la présence de plantations en ville. La majorité se trouvait cependant en sous-sol. Celles qu'ils venaient de survoler étaient destinées au Palais.
Durant le vol, le pilote reçut un appel du Central lui annonçant la mort des Protecteurs. Seule la femme avait survécu. Elle était transferée à l'hôpital sous assistance respiratoire. Cependant l'homme qui avait négocié avec Rhys lui dit de continuer. L'ordre reçut stipulait que rien ne devait empecher le prisonnier de rentrer à la Rose des vents.
La navette se posa en pleine rue, juste devant l'hôpital. Rhys descendit aussitôt, remercia tout le monde et s'écarta rapidement. Lorsque la porte s'ouvrit sur Swensson, le vaisseau redécollait déjà.
_ Qu'est-ce que vous avez foutu, bordel. Vous êtes inconscient? hurla Swensson dès que le bruit se fut atténué.
_ Rassurez vous, je vais tout vous expliquer. Mais d'abord, une douche ne serait pas du luxe. Et soyez gentil, arrêtez de gueuler comme un putois, ça ne changera rien.
Rhys entra et monta à l'étage après avoir salué Mèvie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:06

Aliocha n'avait pas reprit son travail après ses différents appels, attendant les rapports sur l'opération en cours. Il s'attendait à recevoir un appel du Central en premier, mais ce fut d'abord Swensson qui le contacta avec le telephone.
_ Le cyborg est revenu au bercail. Il semble content de son aventure.
_ Ca fera au moins un heureux dans l'histoire. Que fait il en ce moment?
_ Il prend une douche... méritée d'après lui, soupira le savant.
_ Y avait il un homme avec lui lorsqu'il est arrivé? Car celui que j'avais chargé de cette mission ne m'a pas encore rappelé.
_ Je crois oui. Mais je n'en suis pas certain. Le vaisseau redécollait lorsque je suis sorti.
_ Bon, cette histoire ne finit pas trop mal... Seulement je pense qu'une rencontre avec ce cyborg s'impose. Je viendrai donc bientôt vous voir... incognito bien sûr. Vous n'aurez pas de mauvaise publicité pour votre hôpital, plaisant le chef des services secrets.
Swensson se racla la gorge avant d'ajouter:
_ Quand vous parlez de fin heureuse... je crains le pire. Cet animal avait du sang sur les mains. Enfin sur sa main droite!
Surpris par cette déclaration, Aliocha reflechit rapidement.
_ Il se serait donc servit de la lame qu'il a dans l'avant bras? Interessant. Je vais appeler le Central. Merci pour votre appel et parlez en avec lui. Appelez moi s'il y a du nouveau.
Dès qu'il eut raccroché, Aliocha appela sa secrétaire et lui demanda s'il n'y avait pas un rapport récent et important venant des Protecteurs. Celle ci n'hésita pas une seconde et luit endit la feuille qu'elle avait à la main. Trois morts et un blessé grave. Le batard sourit. La presse allait en profiter. Et lui aussi. Ce cobaye pourrait devenir une arme de première catégorie.


_ Et voila comment s'est passé l'histoire, acheva Rhys. Je vous ai tout dit sur cette embrouille. A votre tour.
Swensson ne répondit pas tout de suite, captivé par ce qu'il venait d'apprendre. Apparemment son protégé avait retrouvé ses instincts de tueur. De plus il s'était servi de sa prothèse sans hésiter. Satisfait du résultat, le savant décida d'être plus franc avec Rhys; cela pour donner d'excellents résultats.
_ Que veux tu savoir Rhys? J'essaierai de te répondre si je le peux.
_ Qui a donné l'ordre de me faire sortir du ... Central vivant et en bonne santé? demanda t il aussitôt.
_ Je ne peux malheureusement pas te répondre. En revanche, il m'a dit qu'il viendrait prochainement pour te voir. Je suis sûr que cela te plaira. Il est ... très spécial, révela Swensson.
_ Dans ce cas j'attendrai, se résigna Rhys.
_ C'est tout ce que je voulais savoir, ajouta t il avant de sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:07

Depuis qu'ils vivaient au frontière de la ville, hésitant entre les banlieues et la campagne avoisinante, le groupe de rebelles n'avait pas revu de drone. Les contestations se faisaient plus fréquentes. La tension était encore montée ce matin là lorsque Chreïm avait ouvertement critiqué une décision de Toryon. Celui ci lui avait alors suggéré de quitter le groupe s'il n'était pas content. Bien que Chreïm n'ait pas répondu, une cassure s'était faite et trois groupes s'étaient formés: celui de Toryon en tête, ou se trouvait Satyia, Herb et quatre autres; celui de Chreïm avec tous les mécontents; et enfin le groupe des indécis, le plus important, qui se rapprochait successivement de l'un ou de l'autre groupe.
Tout à leurs reflexions, personne ne s'aperçut de la présence du drone avant un moment. Il effectuait son dernier passage lorsqu'enfin, Slivio, le jeune homme au bras cassé que Satyia avait soignait, le vit. Hurlant de fureur il leva brusquement le bras en un geste de défi. Tous réalisèrent alors le danger. Ils étaient repérés et si proches de la ville.
_ Je crois qu'il serait plus sage de se séparer, declara Toryon à ceux qui l'entouraient déjà.
_ Ha oui? Tu refuses donc d'assumer tes responsabilités lorsqu'il le faut... et après ça tu te permets de jouer au petit chef, ricana Chreïm.
_ Je n'ai pas pour habitude de commander à ceux qui ne le veulent pas! Toi et tous ceux qui veulent partir sont libres de le faire. Cassez vous. C'est notre seule chance et ça vous fera surement plaisir.
_ Haa mais non, mon petit Toryon. Tu n'as pas compris. C'est toi qui veut que nous partions, mais nous nous voulons que tu restes... et que tu obéisses à mes ordres. C'est différent.
Des approbations se firent entendre. Le groupe de Chreïm grossissait un peu plus. Satyia s'avança alors et toisant Chreïm lui dit ce qu'elle pensait:
_ Jamais je ne suivrai un abruti comme toi. Et je sais que je ne serai pas la seule. Ta fourberie te meneras à ta perte et je ne serai pas la pour assister à ça... Plutôt mourir.
_ On peut arranger ça, ma mignonne, ironisa Tniro, l'un des plus fidèles soutiens de Chreïm. Je serai ravie de te supprimer après avoir profiter des tes bontés.
Il se rapprocha de Satyia et la prenant par le bras la força à se coller à lui. Réagissant instinctivement, elle lui cracha au visage et se libéra de son etreinte. Pas assez rapidement pour éviter une claque qui l'envoya aux pieds de Toryon. Celui ci se baissa pour la ramasser, retenant sa colère.
_ T'es allé beaucoup trop loin, vermine. J'vais t'crever, rugis Herb en se jettant sur Tniro.
Celui ci ne chercha pas à l'éviter. Herb aperçut la lame trop tard et fut surpris par la douleur. Il s'accrocha à son meurtrier avec un regard interrogtif et surpris. Il essayait de dire quelque chose lorsque un filet de sang s'échappa de ses levres. Le corps retomba inerte sur le sol.
L'arme sanglante à la main, Tniro n'eut pas le temps de voir ce qui se passait. Le corps fut propulsé en arrière par la violence des balles. Le dénommé Lous s'avança pour riposter mais tomba avant même d'avoir charger son arme, frappé lui aussi par le tir de Slivio.
A l'instant où le corps de Lous s'effondrait, un bruit s'intensifia et, au loin, apparurent les premiers appareils de l'armée aérienne du Bazileus. Les Rebelles s'éparpillèrent rapidement, laissant Toryon, Satyia et Slivio seuls facent à Chreïm et entourés par les morts.
_ Laissez le partir, demanda Satyia. Et partons nous aussi avant qu'il ne soit trop tard. Séparons nous, nous aurons plus de chance.
_ Je reste avec toi. Tu as besoin de mon aide et je ne pourrai vivre sans toi, répondit Toryon. Mais Slivio, vas y. Trouves un refuge sûr.


Dernière édition par le Mar 6 Fév - 16:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:09

Après un dernier regard à Chreïm, Slivio s'enfuit en courant. Jettant un oeil en arrière, il vit Chreïm se diriger vers le haut d'une colline et les deux amants entrer dans un petit bois voisin. Dans les airs, cinq viasseaux étaient en vol stationaire très bas, débarquant des hommes en grand nombre et des véhicules tout terrain très legers. Le jeune homme plongea derrière un rocher et réussit à trouver une faille dans laquelle il se glissa.
Arrivés à l'abri des arbres, Toryon et Satyia virent Chreïm se dresser en haut du tertre et faire des signes en direction de l'armée du Bazileus. Ils distinguèrent quelques mots de ses cris.
_ ... sont là bas ... aider à trouver ces ... Je suis de votre coté. J'étais ... confiance ...
Mais soudain une lueur bleutée atteignit le traitre. Celui ci resta un instant immobile, comme figé sur place par une force invisible, puis il s'ecroula, raide et brulé par le tir de plasma.
_ Apparemment ils ne lui ont pas fait confiance, marmonna Toryon. Mais ils n'ont pas l'air de faire des prisonniers, alors il est temps de dipsaraitre.
_ Ce salaud a eut ce qu'il méritait, se réjouit Satyia.
Déjà, Toryon l'entrainait plus profondement sous les arbres. Un craquement les stoppa net, tous sens en alerte.
_ Vous inquiétez pas, c'est moi, Yaol, murmura une voix étouffée. Je suis à l'intérieur de cet arbre mort, sur votre droite... mais je suis désolé, il n'y a pas de place pour trois.
_ C'est pas grave, nous continuons, répondit Toryon toujours sur le qui-vive. Pressant la main de Satyia dans la sienne, il repartit en avant. Courant autant que le permettait le sous-bois, ils arriverent à une petite source. Après un bref instant d'hésitation, Toryon décida de suivre le cours d'eau. Après avoir fait environ un kilomètre, ils arriverent sur un lac, en bordure du bois. Au loin retentissaient des cris et des salves régulièrent. Au dessus d'eux, ils entendirent un petit aéronef survoler les arbres.
_ J'ai une idée, s'exclama soudain Satyia. Entrons dans l'eau et enfonçons nous au milieu des roseaux. Si jamais nous entendons du bruit, nous nous coucherons au fond de l'eau, avec un roseau pour respirer... ainsi nous avons peut être une chance de ne pas être repérés.
Aussitôt, ils se préparèrent et ayant placer leur quelques munitions dans un sac imperméable, ils s'élancèrent dans l'eau froide.
Au dessus d'eux, le bruit des vaisseaux ne cessait d'augmenter, ceux ci tournant au dessus du bois. Satyia s'enfonça plusieurs fois sous l'eau pour essayer de respirer avec un roseau. Toryon, accroupi au milieu des hautes herbes, surveillait les alentours.
Soudain des voix se rapprochèrent et Toryon vit surgir Yaol entourés de soldats du Bazileus. Sous la menace de leurs armes, Yaol semblait chercher quelque chose... ou quelqu'un.
Toryon se glissa au coté de Satyia et lui dit de s'enfoncer sous l'eau. Lui même se préparait à faire pareil lorsqu'il entendit assez nettement les supplications de Yaol:
_ Je vous jure, je ne sais pas où ils sont! Je vous ai indiqués l'endroit vers où ils sont partis, mais je ne sais rien de plus... S'il vous plait, ne me faites pas de mal. Je peux changer vous savez. Je peux servir le Bazileus comme il faut, mais là où j'étais...
_ Ta gueule! ... A genoux! ordonna celui qui dirigeait le groupe.
Poussé dans le dos, Yaol tomba au sol et se redressa à moitié, attendant quelque chose. Toryon vit un soldat sortir et charger une arme de poing. La balle tirée à bout portant propulsa le corps de Yaol dans le lac.
_ Très bien. Signalez la mort d'un autre Rebelle à l'état major et on continue. Apparemment il n'en reste qu'une demi-douzaine à trouver. Si on ne trouve pas les deux qui sont censés être dans ce bois, on fera tout griller et ce sera reglé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:10

Swensson était debout dans son bureau, son siège étant occupé par Aliocha. Celui ci était venu accompagné seulement d'un garde du corps, sans que personne ne le sache. Les pieds sur la table, il écoutait Swensson lui parler de Rhys tout en feuilletant son dossier, lorsque ce dernier apparu.
Un cours instant, le batard et le cyborg se fixèrent du regard. Rhys, encore tout transpirant de ses exercices physiques, fut le premier à parler, coupant la parole à Aliocha.
_ Qu'avez vous à me dire encore?
Swensson jetta un coup d'oeil en direction du chef des services secrets.
_ Je vous demande un peu de respect Rhys. Cet homme est le fils du Bazileus, responsable de la sécurité de la planète et des renseignements à l'étranger. C'est aussi lui qui vous a sauvé lors de votre aventure au Central. Il s'appelle...
_ Aliocha. Cela suffira pour l'instant, dit il en se redressant sur son siège.
D'un geste il invita Rhys à s'asseoir face à lui, mais celui ci s'adossa au mur, les bras croisés.
_ L'empire du Bazileus doit être tombé bien bas pour donner autant de pouvoir à môme tout juste sorti des jupes de sa mère... enfin de sa nourrice plutôt.
Une ombre passa sur le visage d'Aliocha et ses yeux s'enflammèrent, mais il se reprit très vite. Swensson, visiblement embêté par la tournure des évenements, tenta de ramener le calme en expliquant qu'Aliocha été atteint d'une maladie qui lui donnait l'air beaucoup plus jeune qu'il ne l'était réellement. Il ne comprit pas pourquoi Aliocha le congédia aussitôt pour s'enfermer seul avec Rhys.

Un sourire en coin, Aliocha se laissa tomber dans le fauteuil derrière le bureau.
_ Vous saviez déjà ce que Swensson a dit sur moi, n'est-ce pas? Vous en savez même plus long encore.
_ Ouais. On peut dire ça comme ça, repliquat Rhys.
_ Vous n'êtes pas très bavard. Mais si je vous parlais de Satyia, Satyia Pferton, minauda le fils du Bazileus.
Rhys vint s'asseoir face à lui, posa les deux mains bien en évidence sur le bureau et le regarda dans les yeux.
_ Jouons cartes sur table, ce sera plus rapide. Je sais parfaitement qui vous êtes, votre âge, votre particularité génétique vous permettant de vivre très longtemps, je sais qui est votre mère et comment elle a été éliminée par votre grand-père qui n'a pas apprécié de voir son fils batifoler avec une expérience. Je sais également que vous savez que je sais, tout comme je sais que vous savez tout sur moi, sur le robot que je suis devenu, comment et surtout pourquoi.
J'ai compris que vous êtes d'une ambition démesurée et que vous pensez vous servir de moi comme d'une arme...
_ Je n'ai pas encore réellement défini votre rôle. Et puisque vous savez que je sais et que je sais que vous savez, je suis sûr que vous comprendrez pourquoi Swensson est dehors. Ce n'est qu'un savant fou qui n'a d'autres objectifs que de faire des recherches extravagantes.
_ Des recherches qui vous sont bien utiles, se moqua Rhys. Mais ce n'est pas ce qui m'interesse. Je veux seulement vous dire que je ne suis pas une arme qu'on utilise sans reflechir. Je suis un peu un explosif, mais un explosif qui reflechit. Si vous me contrariez, je vous pète entre les doigts... et ça pourrait faire mal.
_ Je vois. Vous vous croyez en position de négocier?
Rhys se pencha au dessus de la table, faisant craquer le bureau sous la pression de ses bras.
_ Vous en doutez? ... Je te croyais intelligent. Apparemment tu as déjà oublié les quatre morts du Central.
_ Il faudra revoir vos informations,monsieur ap Gruffys. Il n'y a eut que trois morts. Le capitaine Calmina s'en est sorti avec le larynx endomagé et quelques bleus à l'âme... et une très grande envie de se venger. Mais revenons aux choses sérieuses: que voulez vous?
_ Les pleins pouvoirs pour ma petite personne. C'est à dire qu'une fois votre ambition assouvie, je suis libre sur cette planète. La liberté, cela veut dire que je pourrai avoir ce que bon me semble aux frais du Bazileus. Je suis sûr que nous trouverons de quoi nous entendre... sur une durée supérieure à celle que vous prévoyiez.
_ Vous demandez beaucoup, soupira Aliocha, le regard dans le vide.
_ Je fais tout ce que je peux pour vous et ensuite vous faites de même pour moi! C'est logique non?
Les deux hommes se mirent rapidement d'accord sur certains points et le plus important de tous: leur accord resterait secret. Lorsqu'Aliocha sortit du bureau il annonça à Swensson qui attendait impatiemment que Rhys était maintenant sa propriété et qu'il devait donc en prendre le plus grand soin. Il lui donna également plusieurs puces d'identités pour Rhys. Toutes portaient un nom différent. Puis il sortit, suivit de son garde du corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:10

Toryon sortit la tête de l'eau avec précaution. Autour d'eux tout avait été dévasté, brûlé. Le choc des bombes incendiaires les avait drolement secoués et Satyia avait failli se noyer. Mais ils s'étaient vite rallongés sous l'eau, évitant la chaleur des flammes.
Maintenant, tout n'était que cendre. Au loin, il perçut le bruit des derniers vaisseaux qui rejoignaient la ville. Tirant Satyia par la main, ils quitterent le petit lac, s'éloignant rapidement du lieu sinistré.
_ Nous devrions partir très loin, fuir cette ville. Il ne nous reste plus rien ici. Je n'en peux plus de me battre... suppliait Satyia, les larmes aux yeux.
_ Je sais ma chérie, lui répondit Toryon en soupirant. Mais nous ne pouvons pas abandonner maintenant. Je sais trop de choses pour abandonner. Je pensais partir pour Yalni, mettre mes connaissances au service du roi Dolin. Mais je crains que même le roi ne soit bientôt battu et executé. Le Bazileus vient de recevoir de l'aide de la part de la Grande Révolution.
_ Ne desesperons pas, Toryon. Nous trouverons un moyen d'agir. Avant nous devrions recouvrer nos forces... mais où?
_ Ne m'as tu pas dit que le docteur qui t'a recueilli lorsque ta mère est morte serait ravi de te revoir, malgré son caractère de cochon?
_ Oui c'est vrai ... mais il vit dans un hopital etrange et il n'est pas seul, repliqua t elle en pensant à Rhys et aux sentiments qu'elle eprouvait pour lui. Elle pensait que tout cela appartenait enfin au passé...
Malgré ses hésitations, Toryon décida de tenter le coup. Il n'avait pas d'autres choix sinon celui de chercher un abri sûr en esperant ne pas être retrouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:11

De retour à son bureau, Aliocha fit appeler le capitaine Fyrya Calmina. En attendant il prit sur son bureau le dossier concernant des Rebelles interceptés au frontières de la ville. Intrigué par la façon dont se déroulèrent les évenements il se promit de voir ça avec le général en charge de l'opération. La destruction du bois en particulier lui parut étrange. Aucune certitude ne pouvait en résulter. L'armée de son père avait vraiment d'étranges réactions...
_ Vous m'avez fait appeler ... monsieur?
Levant la tête, Aliocha fut surpris de voir que le visage de Fyrya Calmina était encore plus horrible que sur les photos de son dossier. Ses yeux retors brillaient de haine accumulée et qui ne demandait qu'à s'exprimer.
_ Vous pouvez m'appeler Aliocha, ma chère, répondit il en l'invitant à s'asseoir. J'ai une mission à vous proposer, quelque chose qui pourrait vous plaire.
Sans répondre, Calmina se demanda comment ce morveux pouvait savoir ce qui lui plairait ou non. Ravalant son mépris pour ce parvenu, elle attendit la suite sans plaisir.
Votre dernière aventure survenue au Central et l'affrontement avec un Sans-Puce... j'imagine que vous n'avez pas oublié et que votre gorge vous le rappelle régulièrement.
Répondant d'un grognement, Calmina sentit la rage la gagner en se souvenant de cet étranger qui l'avait défié. Si seulement elle pouvait lui remettre la main dessus...
J'ai peut être un moyen de vous aider dans votre vengeance...
_ Dites moi donc comment, rugit elle. Je ferai ce qu'il faut pour ça. Vous pouvez me faire confiance!
_ Peut être. Peut être. En attendant, voici ce que vous allez faire: une femme du nom de Satyia Pfferson travaillait ici comme secrétaire de mon prédecesseur. Je veux que vous retrouviez sa trace. Tout ce que l'on sait, c'est qu'elle a surement rejoint les Rebelles quelques temps avant le grand nettoyage de la rue de l'enfer. Retrouvez là vivante.
_ Et quel est le rapport avec l'enfoiré du Central? réplicat elle avec humeur.
_ Il se connaissait bien. Très bien même.
_ Ouais... si c'est tout ce que j'ai comme piste de départ... Je ne suis pas détective privé hein. Faudrait pas confondre.
_ Tu preferes peut être l'usine de deutérium connasse? Je viens de te donner un ordre et tu as beau être capitaine je ne te demande pas de refléchir mais d'obéir. Tu as le dossier de cette Satyia, alors fait ton boulot, sers toi de ta haine et fais ce que je t'ai demandé. Il n'y a pas d'autre alternative. Tu n'es pas contente? He bien va te plaindre à ta mère et quittes les Protecteurs. C'est pas une maison de retraite ici.
Du regard il lui indiqua la sortie. Fyrya se leva en bouillonant et claqua la porte en pensant à ce qu'elle pourrait faire subir à ce marmot. Mais pour l'instant elle devait faire ce qu'il lui avait dit. Comme le disait le dicton: "Désobéir, c'est mourir!"
Lorsqu'elle fut sortit, Aliocha se détendit et sourit en pensant à la haine supplémentaire qu'il avait diffusé dans l'esprit de cette femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:13

Rhys se débattait, essayant d'échapper à l'etreinte du monstre. Il n'arrivait pas à voir sa tête qui ne cessait de bouger dans tous les sens. Ses bras qui le tenaient si fort se transformaient en tentacules, puis en pinces géantes et l'instant d'après il se retrouvait contracté par les anneaux d'un énorme serpent... Cette chose qui ne ressemblait à rien de connu lui avait certainement fait quelque chose provocant ces hallucinations. Peut être était ce en lui crachant au visage dès le début du combat? Ou bien en le piquant avec sa queue dès le début du cors à corps? Ou bien ... ? Ou bien .. ?
La tête lourde il avait du mal à rester éveillé. Pourtant il ne fallait pas se laisser aller au sommeil, s'il ne réagissait pas, la mort viendrait sans plus attendre. Il l'apercevait, la Faucheuse aux yeux rouges du sang de ses victimes. Elle le regardait ironiquement dans son grand manteau noir flottant autour de son corps décharné... Et son visage mobile... Un instant il avait l'impression de connaitre ces traits mortels, l'instant d'après il n'y avait qu'un crâne aux orbites vides... Vide comme l'endroit ou le monstre venait de le jetter.

Rhys se releva soudain, son esprit ayant repris le controle de son corps. Il ne voyait aucun mur. Rien sinon un sol noir et poussiereux. Un brouillard épais flottait dans l'air, etrangement menaçant.
Son inquiétude disparut brutalement lorsqu'il entendit la voix de sa mère s'élever doucement:
_ Rhys! Viens avec moi, mon chéri.
Cela faisait si longtemps qu'il ne l'avait pas entendue... Pourtant il s'en rappelait comme si hier encore il était avec elle. Sa douceur, sa gentillesse l'enveloppait.
_ Réponds moi Rhys ... mon enfant.
Il voulait répondre mais les sons refusaient de sortir de sa gorge, sa langue était si épaisse.
_ Aide moi! Je t'en prie Rhys, ne m'abandonne pas. Pas moi!
La voix s'éloignait doucement, comme absorbée par le brouillard. Rhys cherchait à comprendre d'où elle venait, mais le brouillard était si opaque et la voix semblait venir de partout...
_ Rhyyys. Je t'ai toujours aimé... tu le sais! S'il te plait ne me laisse pas.
Le désespoir de sa mère était si réel... Je n'y arrive pas... songeait il. Je ne peux même pas t'aider maman... Excuses moi.
_ Pourquoi Rhys? Pourquoi as tu fait ça!
Il entendit des sanglots qui lui brisèrent le coeur. Puis le silence retomba le laissant seul, désemparé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:15

Rhys marchait, désemparé. Il marchait depuis longtemps, sans reflechir à rien. Le brouillard était devenu de plus en plus épais et d'un blanc laiteux. Rhys ne savait plus très bien s'il marchait ou s'il flottait dans les nuages. Mais qu'importe! Plus rien ne l'interessait. Il avait encore une fois été trop faible.
Lorsque devant lui le voile opaque se déchira, il n'y fit pas attention se précipitant dans l'abîme.
La chute fut longue et Rhys sentit tout de même la panique s'emparer de lui. Le vent le portait et le relachait. Il se sentit flotter dans le vide, sans rien voir de ce qu'il l'entouait jusqu'à ce que le mur noir soit près de lui. A ce moment là il paniqua. Il ne se controlait déjà plus lorsque son bras s'arracha brutalement, coincé dans un pan du mur. Sa chute se termina tout aussi soudainement qu'elle avait commencé, alors que Rhys s'ecrasa au sol, ses deux jambes brisées.
En ouvrant les yeux, il les vit. Elles étaient là. Elles étaient toutes là, à le fixer, à le supplier du regard, attendant son aide. Comme avec sa mère il se sentit impuissant...
Il hurla, s'excusa, pleura. Mais elles ne l'entendaient pas. Elles l'appelaient au secours. De son dernier membre valide il labourait le sol en essayant d'avancer, mais il se sentait glisser loin d'elles.
_ Je ne peux pas! Je n'y arrive pas! criait il sans cesse.
_ Si tu le veux, tu le peux mon fils!
Devant lui se dressait le spectre de son père, impérieux et glacial, comme l'avait toujours été son père. Rhys se revit enfant, toujours craintif lorsque son père se trouvait à ses cotés.
_ N'as tu donc rien retenu de ce que je t'ai appris? Ne te souviens tu pas de ce que je disais? Resteras tu toujours cet être faible et sans volonté?
_ Père... aidez moi!
_ Cesse de geindre, tonna son père. Aies un peu de volonté. La volonté domine tout. Tout est possible si tu le veux! Vouloir, c'est pouvoir. Vouloir, c'est LE pouvoir.
Derrière son père elles attendaient toujours, leurs mains se tendant vers lui. Elles étaient toutes là, de Nola à Satyia, toutes les femmes qu'il avait aimé et abandonné. Et lui ne pouvait rien faire... ou ne voulait d'après son père.
_ Rhys ap Gruffyd! Combien de fois devrais je te le dire. Fais un effort bon sang. Un peu de volonté! Tu es incapable de te concentrer pour des choses importantes mais pour faire des conneries tu es toujours là. Mais cette fois tu vas te bouger le cul pour atteindre ton objectif.
Relevant la tête, Rhys aperçut le petit homme sec qui l'apostrophait ainsi. Il se souvint péniblement de lui: un professeur obscur de l'E.E.S.
Puis il se sentit poussé sur le coté et se retrouva sur le dos, regardant le visage inexpressif et ingrat de Lord Cruuft.
_ Si tu ne fais pas un effort cette fois ci tu n'auras jamais plus l'occasion d'en faire. Aies confiance en toi.
_ Mais comment je ne peux même plus bouger. Je suis annihilé. Comment faire pour les sauver avec un seul bras?
_ Tu ne vois que ce que tu veux. Alors que tu possedes tout ce qu'il faut pour les aider, murmura Lord Cruuft en tapotant de sa canne sur les membres en métal du jeune homme. Cela ne te suffit peut être pas?
Rhys regarda l'air ahuri son corps nouvellement fonctionnel... puis soudain il se redressa et bondit vers celles qu'il avait trop longtemps abandonnées.


Son mouvement brusque le précipita au pied de son lit où il se cogna la tête au meuble qui se trouvait à la tête du lit. Empêtré dans ses draps il grogna, se rappelant son rêve si étrange...
Il se releva et observa la chambre. Beaucoup plus agréable que le réduit qui lui été accordé avant la visite d'Aliocha, il sourit en pensant au confort qui était le sien maintenant. Le lit confortable avec des draps en soie, le tapis de sol, la chaleur ambiante, les murs agréablement décorés, la vue sur le parc voisin, sa propre salle de bain... Et tout cela grace aux consignes d'Aliocha.
Il se recoucha en pensant que tout ce confort ne devait pas l'empecher d'aider Satyia. Un peu de volonté! Voila ce qu'il lui fallait. Dès le lendemain il irait la chercher, avec ou sans l'accord de son geolier-sauveur: Onrik Swensson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:17

Le lendemain matin Fyrya Calmina achevait son rapport en admettant qu'elle n'avait aucun idée de l'endroit où pouvait se trouver Satyia. Tout ce qu'elle avait pu apprendre était qu'elle se trouvait avec un dénommé Toryon dans la forêt incendiée lors de la dernière chasse aux Rebelles.
Aliocha la remercia froidement et la congédia en lui conseillant d'élargir ses recherches. Il lui donna un ultimatum d'une semaine.
Sortant du bureau du directeur des services secrets, elle traversait une salle en ébullition où des gens s'activaient de tout coté sans ordre apparent, lorsqu'elle le vit, lui, le sans-puce du Central, celui qui l'avait agressé. Il venait d'entrer par une porte sur sa gauche, accompagné d'une secrétaire qui le couvait du regard. Bouche bée, elle le regarda s'éloigner sans réagir. Comment pouvait il se trouver ici alors qu'il était dans l'illégalité?
Interrompue dans sa reflexion par un jeune homme timide qui la bouscula, elle n'écouta même pas ses excuses, encore plus abasourdie parce qu'elle vit: il entrait dans la piece qu'elle venait de quitter, aussi serein qu'un touriste au musée national de l'agriculture.

Au moment où il refermait la porte derrière lui, Rhys se retourna et fit un signe au capitaine qui l'avait arreté au Central. Quel plaisir intense de voir son visage se décomposer...
_ Vous avez reconnu quelqu'un, s'enquit Aliocha, intrigué par le sourire ravi qui flottait sur les lèvres du cyborg.
_ Ho rien de grave, ne vous inquietez pas, s'amusa Rhys en refermant la porte. Mais je suis venu ici pour savoir si vous auriez des nouvelles d'une personne... d'une personne qui a travaillé, mais également chez Swensson. Il s'agit de...
_ ... Satyia Pfferson. Comme je vous l'ai déjà dit lors de notre précédente rencontre, je connais son dossier. Elle a d'abord travailler pour Swensson, puis pour nous... tout en donnant des renseignements aux Rebelles, avant de faire l'inverse puisque j'ai personnelement réussi à lui faire changer d'avis. Mais son équilibre mental précaire et l'ecrasante présence de mon prédecesseur lui ont fait faire une bêtise, elle repartie chez les Rebelles... Depuis plus aucune nouvelle d'elle.
_ De quelle droit jugez vous son équilibre mental? interrogea Rhys. Puisque vous savez tout, vous connaissez son passé! ... He bien permettez moi de vous faire remarquer qu'avec ce qu'elle a vécu, elle a plutôt bien tenu le coup.
_ Surement, surement ... Toujours est il qu'elle n'a cessé de changer de camp dans la guerre qui nous oppose aux Rebelles.
_ Ou peut être s'est elle contentée de protéger sa vie et que la guerre qui vous oppose aux Rebelles ne la concernait pas.
_ Toute personne qui met les pieds sur cette planète est concerné par cette petite guerre. Mais qu'importe, nous gagnons chaque jour un peu plus et bientôt tout cela appartiendra au passé. Et malgré moi, je ne peux pas vous aider Rhys. Je ne sais rien de plus, croyez moi.
_ Je vous crois, lui répondit Rhys avec sincérité, mais je vous demanderai tout de même une faveur: obtenez moi la permission d'interroger des Rebelles, tous ceux qui pourraient me renseigner.
_ Je peux faire ça... comme une petite avance sur votre futur pouvoir pour services rendus, plaisanta Aliocha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:18

Satyia et Toryon, enroulés dans de grands manteaux, se trouvaient maintenant à quelques pas la Rose des Vents, la clinique privée de Swensson, hésitants encore à sonner pour demander de l'aide. Au moment où Satyia se décida, Toryon remarqua un mouvement dans le jardin voisin. Instinctivement il mit la main à la poche. Le contact de son arme le calma, mais tous ses sens étaient en éveil.
La porte s'ouvrit sur une jeune femme au visage avenant qui les fit entrer en leur demandant s'ils avaient rendez vous. Avant que la porte ne se referme, Toryon vit un homme se relever de derrière un buisson. Pendant ce temps, Satyia expliquait à Mèvie qui elle était et lui demanda d'avertir Swensson de sa présence.
_ Je suis désolée, mais le professeur n'est pas là. Il ne sera de retour que dans une heure. Mais venez avec moi, je vais vous installer en attendant son retour.
Elle les dirigea vers une salle ressemblant vaguement à un salon. Elle s'absenta un instant sous pretexte d'aller leur chercher à boire et en profita pour envoyer un message à son supérieur annonçant la présence de Satyia et d'un inconnu.

Pendant ce temps, Toryon mit Satyia au courant de ce qu'il avait vu. Et comme Mèvie mettait du temps à revenir, il se leva soudain, inquiet. Au moment où il sortait de la piece, il se heurta à un jeune homme roux.
_ Krolm! Comme je suis heureuse de te voir, s'exclama Satyia.
_ Satyia?! Mais que fais tu ici? Je ne m'attendais absolument pas à te revoir. J'ai entendu tellement de choses sur ton compte...
Satyia ne répondit pas tout de suite, étonnée de voir que le jeune homme était completement changé. La main qui lui avait été greffée ne ressemblait plus à une main parcheminée, mais à une main en pleine santé. Si ce n'était la couleur orangée de la peau, nul n'aurait remarqué qu'il s'agissait d'une greffe. En contre partie, Krolm avait un visage émacié, des joues creuses, de grandes cernes et des lèvres pincées, très pâles. Une lueur etrange et insaisissable flottait dans les yeux du rouquin.
Ravalant ses interrogations sur Krolm, elle lui demanda d'expliquer sa dernière phrase.
_ He bien écoutes, certaines personnes te dise morte, alors que d'autres pensent que tu es encore en vie pour d'obscures raisons... et la semaine d'après, les avis sont inversés. Alors moi je ne savais que penser et je m'étais fait à l'idée de ne plus te revoir.
_ Que voulez vous dire par "d'obscures raisons", intervint brutalement Toryon.
Un instant surpris de cette question brutal, Krolm décida de répondre avec ironie.
_ Je ne crois pas avoir eut l'honneur de faire votre connaissance. Vous êtes?
_ C'est un de mes amis, Toryon. Mais peu importe Krolm. Excuses nous, mais si nous sommes venus c'est que nous avons quelques problemes. Nous allons avoir besoin d'aide... peut être même du tien... et très vite.
_ Tiens vous avez des ennuis, s'enquit Mèvie qui revenait avec un plateau. Pouvons nous faire quelque chose pour vous?
Méfiant, Toryon hésita à répondre à Mèvie qui venait de surgir brusquement. Il se demanda si elle ne les espionnait pas et surtout quel jeu elle jouait. Pour Krolm, il était déjà convaincu qu'il constituait un élement dangereux, mais pas forcement hostile à leurs idées; Satyia semblait l'apprécier.
Le silence et l'air embarassé de Satyia mettait Toryon mal à l'aise, aussi décida t il de répondre finalement.
_ En faites oui, vous pouvez faire quelque chose: oubliez que vous nous avez vu et faites comme si nous n'étions pas là.
_ Pourquoi? Vous ne me faites pas confiance? Vous avez de tels problemes que je vous déranges? Je suis au courant de tous les secrets du docteur Swensson et ce n'est pas ...
_ Mèvie laissez nous! l'interrompit Krolm d'une voix désagréable. Ce jeune homme ne connait pas Swensson, mais Satyia sait très bien que personne n'a jamais été au courant de tous les secrets de ce "grand génie". Alors épargnez nous vos salades et laissez nous tranquilles. Je vais m'occuper d'eux.
Mèvie ne put retenir un mouvement d'humeur. Elle n'appréciait pas d'être remise à sa place par quelqu'un qu'elle considérait être une "expérience".
_ Ho vous la momie réincarnée, ça va! Je ne crois pas que Swensson vous fasse plus confiance qu'à moi même. Je suis sa secrétaire quand même.
_ Ce qui n'est pas grand chose pour le docteur Swensson, intervint Satyia. Je sais de quoi je parle. Je pense avoir plus d'expérience en la matière... Mais peu importe! Nous ne voulons pas vous chasser, mais pourriez vous nous laisser seuls, au moins quelques instants? ... S'il vous plait.
Devant le courroux de Krolm dont la main s'était mise à briller étrangement et la douceur de Satyia, Mèvie finit par se retirer, non sans faire un retour précipité "pour récuperer le plateau" s'excusa t elle. Mais aucun ne fut dupe, elle cherchait à les espionner.
Lorsqu'il fut sûr de son départ, Krolm les entraina dans le couloir et les entraina derrière lui en leur conseillant de ne faire aucun bruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:20

Il les entraina dans les sous sols du bâtiment. Satyia elle même n'y était déscendu que deux ou trois fois et se demandait ce qu'ils pourraient y faire. Quelle ne fut pas sa surprise de voir Krolm actionner un mécanisme dans un mur et une porte inconnue s'ouvrir sur une petite piece. Allumant la lumière Krolm les poussa à l'intérieur et referma la porte derrière eux.
_ Vous voici chez moi, leur dit il fièrement. Pour l'instant nous sommes en sécurité ici. Nous allons pouvoir discuter.
Abasourdi par ce qu'il voyait (une table couverte de feuilles de papiers, des murs tapissés de chiffons de toutes les couleurs, des eprouvettes, alambics, tubes, bocaux en pagailles: un capharnaüm indescriptible. Le sol lui même était coloré, dessiné de signes inconnus, irrégulier...) Toryon et Satyia ne lui répondirent pas, exploarnt du regard cette jungle de la recherche.
_ He oui, c'est ici que je fais mes propres recherches, même si vous ne voyez évidemment que la face caché de l'iceberg. Mais installez vous donc sur ce canapé, il fera l'affaire, dit il en deplaçant un fatras de dossier, classeur, feuilles volantes accompagnés de stylos, de tissus et de pierres, et d'autres objets tout aussi hétéroclites.
_ Tu es gentil Krolm, mais si cela ne te dérange pas, je me contenterai de ce tabouret, réagit Satyia en se saisissant d'un grand tabouret de fer.
_ Nooon, surtout pas! hurla Krolm, trop tard pour éviter à Satyia une décharge électrique foudroyante. Ho non... Je suis désolé, j'aurai du te prévenir Satyia... Satyia, tu m'entends? ... Réponds s'il te plait! ... Ha je ne devrai pas laisser ce foutu siège trainer n'importe où... c'est l'une de mes premières expériences ...
Laissant Toryon réanimer Satyia, Krolm alla chercher de l'eau dans une piece voisine.

Là, il sentit sa tête se compresser soudainement. Il se laissa tomber au sol avec un gémissement en attendant que son hôte lui parle:
_ Pourquoi les as tu fais venir chez nous? Qu'est-ce qui t'as pris? Ne tiens tu donc pas à garder nos secrets? Ils sont dangereux pour nous, Krolm. Il faut qu'il reparte, et vite, s'énerva la voix en colère.
_ Je te rappelle que c'est chez moi avant d'être chez toi. J'invites donc qui je veux ici. De plus j'ai mes raisons pour les amener ici, fais moi confiance!
_ A chaque fois que je te fais confiance il arrive un malheur. Et n'oublies pas que maintenant, c'est moi qui commande. Mais peut être preferes tu m'affronter dans un combat définitif?
_ On va voir ça! Mais en attendant laisses moi tranquille, sinon le Rebelle risque de se poser des questions.
_ Je ne crains pas ce gamin. Je peux l'annéantir dès que je le veux!
_ Mauvaise idée. Tu sais bien que ce genre d'actions nous condamnerai très vite.

La voix de Toryon coupa court à tout autre argument de la voix. Il se demandait ce que lui disait Krolm. Ce dernier réussit à inventer quelque chose et apporta l'eau qu'il était allé chercher.
Satyia avait déjà un peu récuperé, mais elle était effrayée. Elle regarda Krolm s'approcher avec un air craintif et respectueux.
_ Excuses moi Satyia... Mon laboratoire est plein d'expériences dont certaines sont dangereuses. J'aurai du vous prévenir tout de suite, mais je ne pensais qu'à vous éloigner de l'autre folle de secrétaire. Je suis désolé.
Il fallut quelques minutes encore avant que Satyia ne se sente completement rétablie. Krolm leur expliqua ensuite que ce métal avait été modifié pour,dans un premier temps, récuperer l'energie vitale de celui qui le toucherai et ensuite, lorsque cette personne souhaitait lacher le métal, cette énergie était renvoyée violemment sous forme de choc électrique.
Toryon et Satyia demandant à quoi cela servait, Krolm leur répondit qu'il cherchait un moyen de s'en servir pour se défendre, sans que le propriétaire de cette arme ne soit affecté. Il avait bien quelques idées, mais pour l'instant il n'avait pas encore trouver la solution.
Après cet intermède douloureux pour Satyia, Krolm leur demanda quels étaient leurs problemes et comment il pourrait les aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:21

Au même instant, Mèvie, qui avait réussi à les voir se faufiler au sous-sol, vit la porte d'entrée de la clinique s'ouvrir de manière peu conventionnelle. Projetée hors de ses gonds par la charge d'un Protecteur, la porte explosa en morceaux dans tout le hall d'entrée. Aussitôt une foule de Protecteurs en armes entra dans la piece sous les yeux ahuris de la secrétaire. Le capitaine Calmina entra à leur suite, équipée pour le combat, comme tous les Protecteurs.
_ Forces Spéciales de Lutte Anti-Rebelles. Nous recherchons une femme et un homme entré ici il y a un peu plus de vingt minutes. Voici leurs portraits. Les reconnaissez vous? hurla t elle en montrant à Mévie des photos de Satyia et Toryon.
_ Heu ... vous venez de la part de ... des services secrets? s'enquit Mèvie inquiete. Voyant la grimace de Fyrya Calmina elle tenta de s'expliquer, mais ne réussit qu'à bafouiller des mots incompréhensibles.
_ Fouillez toute cette baraque de bandits et trouvez les. Toutes personnes essayant de les aider devra être embarquée avec eux. Et n'oubliez pas, je les veux vivants. Quant à vous, je vous arrête! dit elle à l'encontre de Mèvie, pour avoir tenter de soustraire au Bazileus des individus rebelles à son autorité.
La secrétaire ne résista pas plus longtemps et s'écroula, évanouie.
_ On avait bien besoin de ça, tiens. Oprav, occupez vous d'elle. Réanimez la et faites la parler. En douceur pour l'instant.
Sergent Dallier, des nouvelles des deux Rebelles que nous cherchons?
_ Négatif Capitaine, mais cette batisse est grande, nous n'avons pas encore tout fouillé. En revanche nous avons trouvé pas mal de choses etranges. Vous devriez venir jeter un coup d'oeil, repliqua le sergent Dallier, petit homme sec et nerveux. Il servait chez les Protecteurs depuis maintenant vingt trois ans et avait déjà assisté à de nombreux combats contre les Rebelles. Ce qu'il avait découvert et vu au cours de nombreuses perquisition était déjà exceptionnel, les Rebelles ayant quelques génies à leur service. Mais aujourd'hui, il ne savait plus où donner de la tête. Dans une salle, les Protecteurs avaient découvert une bête verte, endormie dans un liquide inconnu, ressemblant vaguement à une forme humaine. Dans une autre, surement un laboratoire, ils avaient découvert des rats surpuissants enfermés derrière des vitres blindées, des bêtes moitié-animale, moitié-mécanique, un papillon de trois metres d'envergure accroché au plafond, des oiseaux multicolores avec des griffes aux bouts des ailes et des dents tranchantes aperçus dans des becs aux allures innofensives. Dans une salle voisine, un Protecteur avait malencontreusement fait tomber un produit d'une table; celui ci lui avait eclaboussé la jambe et avait commencé à le ronger, à un point tel qu'il demandait à ce qu'on lui coupe le membre pour éviter de souffrir plus.
_ Je ne sais pas où vous nous avez emmené capitaine, mais il est encore temps de faire demi-tour, proposa t il, toujours aussi calme malgré les horreurs qu'il découvrait dans chaque pièce. Bientôt nous verrons un mort-vivant sortir du mur que cela ne m'étonnerai pas, plaisanta t il.
Son ricanement s'arreta net en voyant Krolm apparaitre dans l'encadrement d'une porte.
_ J'espere être plus vivant que mort, sourit ce dernier. Je ne vous ai pas fait peur au moins? s'enquit il en voyant le regard effrayé du sergent Dallier.
_ D'où sortez vous, vous? Mes hommes fouillent la maison depuis déjà dix minutes et vous arrivez comme ça, sans prévenir, et sans être accompagné de personne. Vous avez donc su vous faire discret jusqu'à présent...
_ On ne peut pas en dire autant de vos bonshommes. D'ailleurs, si vous acceptez un conseil, vous devriez rapidement ordonner les rappeler tous. Ca évitera bien des ennuis je crois. Vous avez déjà découvert assez d'horreurs, évitez de réveiller ceux qui dorment. Et puis je crois que le professeur Swensson ne sera pas ravi de vous voir mettre le boxon chez lui. La Rose des vents n'est pas un établissement ordinaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:22

En entendant les derniers mots du rouquin, un déclic se produisit dans la tête de Fyrya Calmina. La Rose des vents. Swensson. L'agresseur du Central.
_ Connaissez vous cet homme là, rugit elle en sortant une photo de Rhys.
_ Ha ça! Pour sûr que je le connais. Rhys est la meilleure expérience du professeur. Un bijou d'organisme cybernétique. Un gars inconnu transformé en sur-homme. Mais pourquoi? C'est lui que vous recherchez?
_ Non, pas vraiment! Mais je serai ravi de le trouver ici, répondit Fyrya en découvrant un sourire carnasier. Avant tout nous cherchons ces deux là, ajouta t elle en montrant les photos de Satyia et Toryon à Krolm. Sont ils ici?
_ Mmoui. On peut dire ça comme ça.
_ Où ça? s'excita le capitaine Calmina.
_ Hum... comment vous dire... je suis bien désolé, et sachez que je ne veux nullement faire obstacle à la justcie, mais je suis dans l'impossibilité de les aider. Voyez vous ils relevent d'un programme assez exceptionnel pour être secret et...
Le cri de Fyrya Calmina l'empecha de poursuivre son argumentation. Celle ci sortit sa matraque électrique avec énervement et s'approcha de Krolm. Mais à l'instant où le capitaine Calmina leva son arme, le regard de Krolm changea brusquement pour devenir flamboyant. En un instant son corps parut changé, comme vieilli et momifié. Lorsque la matraque l'atteignit à l'épaule, un éclair bleu jaillit et parcouru son bras gauche pour revenir sur Calmina. Celle ci, lachant sa matraque, s'envola dans les airs pour s'écraser lourdement sur l'un des murs opposé.
_ Je crois qu'il est temps de faire évacuer tous vos Protecteurs, sergent. Simple mesure de sécurité je dirais, conseilla le rouquin d'une voix d'outre tombe.
Effrayé, le sergent Dallier sortit précipitament pour obtempérer.
_ Vous oubliez quelque chose, s'amusa le Krolm transformé en trainant le corps inerte du capitaine Calmina dans le couloir, comme si c'était un simple bout de chiffon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:25

Alors que les Protecteurs refluaient en masse vers la sortie sous les ordres du sergent Dallier, un vaisseau de petite taille vint se poser au milieu de la rue encombrée par les véhicules des Protecteurs.
Au loin arrivait une ambulance pour soigner les blessés qui avaient du affronter les "choses" de la clinique du professeur Swensson. Car entre temps, le "monstre vert" était sorti de sa léthargie et sous l'oeil incrédule des Protecteurs s'était liquéfié pour réapparaitre derrière l'un d'eux. Ses yeux jaunes fixèrent sa proie tétanisé et d'un mouvement très rapide le mordit au cou. Le Protecteur, s'attendant à être mordu par des dents pointus, se trouva heureux de ne sentir presque rien car la bête ne possédait pas de dent. Mais très vite il sentit sa peau le bruler, en même temps que ses balles et celles des autres Protecteurs traversaient le corps flasque du "monstre vert". Sortant en vitesse de cette salle maudite en enfermant le monstre, les Protecteurs s'estimèrent heureux de voir que seulement trois d'entre eux été mordus par l'étrange créature. Mais ces trois là s'écroulèrent chacun leur tour en proie à de vives convulsions. L'ambulance arriva alors que le troisème venait de tomber au sol.

Au même moment, le sergent Dallier vit apparaitre devant lui un Aliocha en colère qui demanda à voir immédiatement le responsable de cette opération. Lorsque le sergent Dallier lui montra le corps immobile du capitaine Calmina, Aliocha resta un moment interdit.
_ Qu'est-ce que c'est que ce merdier? ... Tout le monde dehors, je ne veux plus voir personne dans ce foutu bâtiment. Mais je veux que personne ne quitte la zone avant que je ne vous en donne l'ordre. Puis se tournant vers l'homme qui l'accompagnait: Appelez le service de sécurité maximum. Je veux que toute les personnes qui ont penetré le bâtiment soient en quarantaine. Que le personnel de l'ambulance soit emmené avec eux, ils ont vu les conséquences de cette folie. Ecartez les badauds, je ne veux pas voir de curieux. L'espace aérien au dessus de ce quartier est interdit pour tout autre personne que le service de sécurité maximum. Que les Prtotecteurs soient désarmés. Lorsqu'ils seront en quarantaine, je veux qu'ils soient tous interrogés par nos spécialistes; puis qu'ils aillent consulter un medecin. Ce sera tout pour le moment.
Voyant Mèvie apparaitre, très pâle, il lui demanda des nouvelles de Swensson.
_ Il ne devrait plus tarder à rentrer. Mais je crains qu'il ne soit trop tard, minauda t elle.
Elle lui raconta ce qui s'était passé depuis que la porte avait été emportée par la charge d'un Prétorien, puis comment elle avait été interrogé pour savoir où se cachait Satyia et Toryon.
_ Alors où sont ils justement? C'est quand même pour ça que tu m'as appelé à la base, ma chère Mèvie.
_ Je ne sais pas... Ils ont disparus dans les sous-sols avec le rouquin, Krolm. Le probleme c'est que les Protecteurs ont fouillé la cave qui n'est quand même pas très grande et n'ont rien trouvé... Il est donc évident qu'il y a des lieux secrets là dessous. Ce n'est pas vraiment étonnant car, je te l'ai déjà dit, cette cave n'occupe même pas la moitié de la superficie du bâtiment. J'ai toujours trouvé ça étrange.
_ Oui c'est vrai. Tu me l'avais déjà dit. Et Krolm dans tout ça, qu'est il devenu?
_ Il est ici, je crois, grogna la voix spectrale derrière eux.
_ Ha! ... Très bien. Il paraitrait que vous savez où se trouve Satyia Pfferson et son petit ami. Pourriez vous nous amenez à eux?
_ Ca j'en doute fort. Et puis je ne suis pas sûr que ce soit très utile, éructa le jeune homme roux.
_ Vous êtes sûr que tout va bien Krolm? Je vous trouve étrange, risqua Aliocha l'air suspicieux.
_ Je ne me suis jamais senti aussi bien. J'ai l'impression de revivre, riposta Krolm en s'étirant. Maintenant si vous voulez bien, j'ai du boulot à faire. Il y a du rangement à faire par ici et je pense pouvoir m'occuper de certaines tâches pas évidentes. Je suis sûr que Swensson sera ravi que je l'aide un brin!
_ Je n'en suis pas si sûr, moi, grincha Swensson qui venait d'arriver. Quelqu'un peut me dire ce qui se passe peut être. J'ai eut un mal fou à entrer chez moi et quand j'arrive, je vois que tout est en bordel. Et par dessus le marché tu essaies de mttre ton nez dans mes affaires Krolm. Ca ne me plait pas vraiment tout ça. J'ai l'impression que tu as oublié notre accord mon gars.
_ Dire que je l'ai oublié n'est pas tout à fait exact, répondit le rouqin en se retournant, mais disons que les choses ont un peu changé. Je ne suis plus le même que lors de cet accord voyez vous.
_ Nom de ... C'est impossible ... s'étonna Swensson les yeux grands ouverts. C'est impossible!
_ Et pourtant! ... Mais si cela ne te dérange pas nous reglerons ce petit probleme plus tard, lorsque nous serons au calme.
_ De quoi parlez vous? les interompit Aliocha. J'ai la désagréable sensation de ne pas tout comprendre... ce qui est plutôt rare. Alors?
_ Alors mon petit bonhomme, tu vas récuperer tes Protecteurs, ta secrétaire favorite et nous laisser réparer les dégats occasionnés par la visite surprise de tes soldats. Je ne crois pas que tu puisses encore nous aider beaucoup. Mais rassures toi, Onrik viendra bientôt te voir pour t'expliquer tout ça et tu pourras completer le puzzle pour faire croire à la planète que tu es le génie du renseignement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:26

Aliocha s'empourpra et se retint le temps de laisser finir Krolm, mais lorsque ce fut fait, il explosa:
_ As tu oublié à qui tu parles, nabot? As tu oublié que ta petite tête de génie n'a pas la moitié de mon expérience? As tu oublié que je suis le fils du Bazileuse? As tu oublié que je suis le personnage le plus important de la planète après mon père? As tu oublié que toute cette foutue clinique n'a d'autre but que de faire les recherches que je veux? A ces mots, Swensson ne put s'empecher une petite moue de désapprobation. As tu oublié qu'un mot de ma part et tu es mort? As tu oublié que tous ces petits soldats dehors sont à mes ordres? ... As tu perdu la tête? Ou plutôt as tu envie de la perdre? Pauvre con! Crois tu sérieusement que je vais supporter tes paroles pleine de morgue et de mepris? Alors je vais te dire un truc, espece de fou, ne croises plus jamais ma route, sinon je crois que ton crâne viendra servir de presse papier dans mon bureau. Si je te laisse en vie cette fois ci, c'est uniquement pour ton génie. Mais comptes sur moi pour t'emmerder. Dorénavant tu n'as plus l'autorisation de sortir de ces bâtiments. Si un Protecteur te croise dehors, il aura le droit de t'abattre sans somation. C'est clair? Maintenant disparait!
_ Il y a une chose qui est claire. C'est que personne n'a encore jamais osé me parler sur ce ton, murmura Krolm irrité. Sa main gauche fut parcouru d'un tremblement et une flammèche s'enroula autour de son poignet pour ressurgir au bout de ses doigts joints. Puis le jeune homme écarta doucement les doigts et tout disparu. Mais, soit. Je vais me retirer. Souviens toi simplement que je me retire de moi même. Je ne suis pas encore prêt pour discuter de certaines choses. Cependant, mon heure viendra! Et alors, je me souviendrai de toi.
Puis Krolm quitta la piece, non sans avoir fixer Swensson dans les yeux, comme pour lui passer un message.
Aliocha se tourna vers la fenêtre, regardant le désarmement en cours des Protecteurs pour se calmer un instant. Mèvie s'approcha et se lovant contre lui elle lui murmrura quelque chose à l'oreille. Swensson, tout en se sentant trahi par la complicité entre sa secrétaire et Aliocha, se réjouit de la présence de Mèvie. Il ne savait pas comment calmer ce jeune homme ambitieux et cruel qu'était Aliocha.
Celui ci se retourna soudain et annonça à Swensson qu'il allait suivre le conseil de Krolm. Il n'alla pas jusqu'à admettre que la situation le lui imposait, lui qui était toujours maitre de tout. Cependant il ne pouvait se permettre de laisser la rue encombrée par de nombreuses forces armées et il était nécessaire qu'il s'occupe des interrogatoires lui même afin de mieux comprendre ce qui s'était passé.
Il annonça tout de même à Swensson qu'il serait également sequestré dans sa clinique-laboratoire jusqu'à ce que l'affaire soit résolue. En attendant il pouvait toujours réparer les dégats opérés par les troupes du capitaine Calmina en songeant que cette action stupide et inoportune ne restera pas impunie.
Aliocha sortit enfin, Mèvie le suivant de près. En atteignant la porte fracturée ils furent surpris de la confusion qui régnait, alors qu'à la fenêtre ils avaient vu que tout se passait bien. Aliocha le premier compris la cause de cette ébullition. Rhys forçait le barrage mis en place par les services de sécurité maximum.
Aliocha et Mèvie virent deux hommes s'écrouler aux pieds de Rhys, puis un troisème rebondir contre un véhicule. Les Protecteurs s'écartèrent legerement, plus attentif à cet étranger. Une discussion suivit que Mèvie et Aliocha ne purent entendre. Ils s'approchaient du barrage lorsqu'un Protecteur sortit son arme et en menaça le cyborg. Aliocha cria aussitôt de ne pas tirer, mais Rhys avait déjà répliqué en assommant l'homme qui le menaçait.
_ Arretez! Laissez moi gèrer cette affaire ... Je connais cet homme et il a mon autorisation pour entrer dans le périmètre de sécurité, s'époumona le fils du Bazileus.
D'abord surpris par son arrivée intempestive, les Protecteurs tardèrent à réagir, s'attirant les menaces de la part d'Aliocha encore énervé par sa confrontation avec Krolm. Rhys en profita pour passer enfin le barrage en souriant, se permettant même de lancer quelques mots sarcastiques aux Protecteurs. Puis il se tourna vers Mèvie pour lui demander ce qu'elle faisait là, encore inconscient de ses liens avec Aliocha. Mais ce dernier les lui révèla, sans se douter de ce qui unissait Rhys et la secrétaire. Lorsqu'il eut écouté toute l'histoire, Rhys se retourna seulement vers Mèvie et murmura seulement un mot:
_ Salope!
Puis il s'éloigna, vite rattrapé par Aliocha qui lui demanda des explications que Rhys lui refusa. Sentant sa colère remonter Aliocha se tourna vers Mèvie avec un regard assassin, ce qui suffit à la faire craquer. Cependant, Aliocha se reprit très vite, pensant qu'il avait déjà trop perdu son sang-froid et décida de repartir rapidement. Mèvie s'expliquerait plus tard. Elle aurait largement le temps de réflechir durant son séjour à l'ombre, songeait il avec rancoeur. Ce n'était qu'une trahison de plus... et surement pas la dernière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:28

En entrant dans la clinique, Rhys fut surpris de voir le bazar qu'il y avait et personne pour ranger. Swensson n'était ni dans son bureau, ni dans son laboratoire, ni dans le salon d'attente où Krolm et Aliocha s'étaient brouillés. Rhys entendit enfin un bruit derrière l'une des portes blindés et Swensson ressortit l'air inquiet.
_ Ha vous voilà. Alors que s'est il passé?
_ Ces cons sont venus foutre un bordel monstre! Et pour couronner le tout Krolm ... Krolm n'a rien trouvé de mieux que de s'engueuler avec Aliocha. Grace à lui nous sommes sequesstrés ici pour un moment.
_ Mais pourquoi les Protecteurs ont ils débarqués ici? Ils ne sont pas venus par hasard quand même?
_ Apparemment un veilleur aurait vu Satyia entrer ici, ce qui a tout declenché! Mais ses abrutis sont arrivés comme un élephant dans un magasin de porcelaine. Plusieurs ont été blessés gravement par des expériences ... et surtout ils ont reveillés ma petite naïade héléade qui s'est mise en colère. Elle a mordu trois d'entre eux. Ils ne devraient pas tarder à avoir de sérieux ennuis, ricana t il. La prochaine fois ils n'entront pas sans frapper, crois moi.
_ Que va t il leur arriver?
_ La morsure de ma naïade héléade, c'est à dire une naïade des marais, provoque des poussées subites de boutons de la taille d'un ongle. Ces boutons gonflent petit à petit sur tout le corps. Lorsqu'ils explosent, de l'eau coule en grande quantité, vidant peu à peu le corps de toute l'eau qui le compose... La seule solution serait de tremper les trois mordus immédiatement dans une eau à température ambiante. Sinon ils mourront d'ici ce soir.
_ Mais bien sûr, vous n'allez rien faire...
Ignorant la remarque, Swensson continua son récit des méfaits des Protecteurs, s'échauffant en racontant tout ce qu'il avait déjà remarqué. Il fut interrompu par l'arrivée de Krolm.
_ Excusez moi, professeur Swensson ... je viens d'entendre ce que vous racontez et ... je ... est-ce que j'étais là? ... Je ne me souviens pas de ce que j'ai fait durant la dernière heure, s'excusa le jeune homme. C'est que ... j'essayais un noveau produit et le résultat n'a visiblement pas été celui qu'il fallait... Je voudrai savoir si ... si j'ai fait quelque chose...
Rhys vit la stupeur de Swensson se changer en satisfaction au fil des explications confuses de Krolm. Il comprit que Swensson avait été témoin d'une des "crises" de Krolm et suposa qu'Aliocha en avait subit les conséquences, sans réaliser que Krolm n'était pas dans son état normal.
_ Swensson, ne faites pas l'innocent! lança t il soudain. Vous savez de quoi il parle. Vous savez que ses absences ne sont pas dues à une expérience de sa part, mais plutôt d'une de vos expériences. J'ai plusieurs fois surpris Krolm en discussion avec lui même ... ou plus exactement avec sa main gauche. Nous avons tous remarqué que cette main est redevenue presque humaine, en même temps que Krolm changeait. Regardez son regard fievreux, sa peau jaunatre et sèche, ses levres blanches et crquelées. Il mange à peine et ne boit plus ... Cette main a, je ne sais comment, prit possession d'une partie du corps de Krolm. Je pense qu'il est temps de faire face au probleme, ne pensez vous pas? Aliocha a visiblement été confronter à Krolm dans son état second avec des conséquences regrettables. Alors avant que cela ne soit trop le cas, il est peut être possible de séparer Krolm de cette saloperie?
_ Surtout pas! réagit Krolm. Oui, c'est vrai qu'il se passe des choses étranges parfois, mais il n'est pas question que je me fasse encore amputer.
Swensson ricana.
_ Si Krolm ne veut pas perdre sa main, je ne vais pas aller contre son avis!
_ Vous saviez ce que vous faisiez, quand vous lui avez greffer cette main n'est-ce pas? questionna Rhys sur ses gardes. Vous aviez conscience des risques...
_ Et Krolm les a accepté, répondit Swensson sechement.
_ Mais Krolm ne savait pas qui je suis, répondit une voix spectrale. Maintenant qu'il a prit connaissance de mon pouvoir, ce jeune homme a accepté de me prêter son corps ... de temps en temps. Nous avons passé un marché et nous contrôlons le corps chacun notre tour, quand cela nous arrange. Nous disposons ainsi de mes pouvoirs et de mon expérience, et de son génie et de ses connaissances déjà nombreuses. Ce qui va nous permettre de bientôt reprendre mon projet ... celui qui tu as essayé de me voler Onrik. Ou peut être devrais je dire Galyr, Galyr Danaw, railla le rouquin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:29

De retour dans son bureau, Aliocha s'enferma quelques instants pour reflechir, seul. Lorsqu'il en sortit, il se dirigea tout droit vers le cachot où se trouvait Mèvie.
_ Bonsoir ma chèrie. Alors comment trouves tu ta nouvelle résidence?
_ Je t'en prie Aliocha, sors moi de là. Je ferai absolument tout ce ue tu voudras, mais je t'en supplie, ne me laisses pas ici, demanda t elle les yeux larmoyants.
_ Pour commencer, je te prie de me parler avec un peu plus de respect, répondit il froidement sans la regarder, et ensuite je n'ai pas de temps à perdre avec une fille qui me trompe et me trahie. Dis moi simplement tout ce que tu sais sur Rhys et les deux savants de cette foutu clinique.
_ Al... je vous en supplie monsieur, ne me laissez pas ici. Promettez moi de...
_ Dommage, je m'attendais à plus de coopérations de ta part, murmura t il en s'éloignant.
_ Non! Monsieur! Je vais tout vous dire. Tout ce que vous voulez savoir. Restez! Je vais vous aider...
Aliocha feignit d'hésiter, puis prit une chaise et alluma un petit appareil enregistreur.
_ Je t'écoute Mèvie ma chèrie.
Mèvie se mit aussitôt à parler, racontant tout ce qu'elle savait ou croyait savoir, détaillant tout ce qu'elle pouvait, ajouatnt des anecdotes parfois. Elle parla des travaux qu'elle réalisait pour Swensson, des rangements du bureau, des projets qu'elle avait découvert en cachette, du laboratoire et des expériences en cours. Elle raconta le peu qu'elle savait sur Krolm et sur ses potentiels travaux, sans oublier de dire qu'elle le soupçonner de travailler aux sous sols dans une salle cachée. Elle parla ensuite de Rhys, de la façon dont elle l'avait connu, dont il l'avait d'abord étonné. Elle avoua sa relation avec lui, le seul moyen qu'elle avait trouvé pour le faire parler un peu. Elle omit seulement de dire que pour qu'il parle, elle devait souvent lui donner de nombreux renseignements, ce qui ne lui coutait pas grand chose tant qu'ils se retrouvaient le soir...
Pendant ce temps, Aliocha ne dit pas un mot. Il ne l'interrompit pas une seule fois. Jamais il ne demanda de précision. Il écouta d'une oreille distraite en pensant aux évenements de la journée. Il réagit seulement lorsque Mèvie eut finit et qu'un silence s'installa.
_ Tu as finis? Tu es sûr que tu m'as tout dit? Tout ce que tu sais?
Mèvie acquiesça en tremblant.
_ Parfait. Tu as enfin su te rendre utile. Puis il ajouta à l'adresse du gardien à qui il venait de faire un signe. Débarasses moi d'elle. Elle n'est plus utile.
Derrière lui Mèvie se jetta sur les barreaux du cachot en criant, suppliant, pleurant... Mais Aliocha partit sans se retourner. Pour lui, elle n'existait déjà plus. Il n'entendit même pas la détonation qui stoppa net les cris et les pleurs. Il ne pouvait se permettre de s'attarder sur ces petits détails.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:36

L'interrogation des Protecteurs entrés dans la clinique de Swensson lui prit moins de temps qu'il ne s'y attendait. La plupart des hommes avaient déjà parlé sans barguigner: les rumeurs à propos des services de sécurité maximum étaient tenaces et peu réjouissantes.
Aliocha obtint de justesse les révélations du premier homme mordu par le "monstre vert". Celui ci mourut dès qu'Aliocha l'eut quitter. Personne n'ayant compris pourquoi et comment il perdait autant d'eau. Les deux autres mordus parlèrent également au fils du Bazileus, mais ils ne lui apprirent rien de plus. Aucun n'était capable d'expliquer ce qui s'était réellement passé.
Les autres blessés furent tout autant impressionés de recevoir la visite du chef des services secrets, mais eux non plus ne comprenaient pas ce qui leur était arrivé. Tout ce qu'ils avaient pu voir dans cette clinique était tellement étonnant... Un seul fut en mesure de lui expliquer ce qu'il avait vu et ce qui s'était passé avant qu'il ne soit aveuglé. Il s'appelait Billôm. La tentaine, il venait juste de se marier et demanda à Aliocha une pension spéciale pour quil puisse faire vivre sa femme et sa fille. Quand Aliocha eut acquiescé, il parla:
_ Nous venions d'entrer dans les sous sols du bâtiment lorsqu'une étincelle a attiré mon attention sur la droite, le long du mur. Pendant que les autres fouillaient la salle, je me suis penché pour examiner ce mur. J'ai vu et j'ai touché la fente ou plus exactement le linteau de la porte qui se découpait devant moi. Ho ce n'est pas une porte comme les autres... Elle n'est pas carrée et ressemble à un quelconque morceau de roche lisse, comme le reste du mur. Le truc, c'est que j'ai remarqué les traces de pas dans la poussière, des traces coupées si vous voyez ce que je veux dire: on ne voyait que le talon.
Enfin bref, comme je vous l'ai dit j'avais remarqué une étincelle. Et alors que j'observais la porte, une autre étincelle a jaillit et la porte s'est ouverte. Elle s'est ouverte si rapidement que je n'ai pas compris tout de suite qu'il y avait danger. Derrière moi, personne n'a réagit. Et la porte s'était déjà refermé sans que personne ne le remarque. J'ai quand même pu voir derrière la porte... Il y avait une salle pas très grande, avec des trucs bizarres de partout. Ca m'a fait pensé à un laboratoire, mais un laboratoire de magie noire et plein de poussière et de toiles d'araignées... Enfin un truc comme on voit dans les vieux films de magie vous voyez...
Bon enfin, pour les détails, je peux juste vous dire qu'il y avait une table couverte de papier et par terre ... il y avait quelqu'un! Je ne suis pas completement sûr, mais je crois que c'était elle, la fille qu'on cherchait. Mais je n'ai pas eut le temps de regarder, la porte se refermait et il s'est dressé devant moi, terrible et mençant... J'ai voulu alerter les autres, mais j'ai senti ma langue se paralyser et au même moment il a posé sa main sur mes yeux et ... il m'a aveuglé!
Je n'ai rien senti, mais depuis, je ne peux plus voir. Personne n'a cru ce que je racontais, car au moment où les autres m'ont remarqués il ne pouvait pas être sorti par l'escalier et ne se trouvais pas dans la salle... et moi j'étais appuyé à la porte qui était toujours fermée... Alors vous pouvez dire ce que vous voulez, mais cette histoire est étrange et je suis sûr de ce que j'ai vu.
Aliocha l'écouta jusqu'au bout, comme il avait écouté Mèvie. Il lui demanda seulement quelques précisions sur l'inconnu sorti du mur et, après avoir acquis la quasi-certitude que c'était Krolm, sortit en recommandant à ses gardiens de ne laisser personne entrer lui parler sans son accord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:36

Après avoir écouté de nombreux témoignages plus interessants que la moyenne et condamné tous ces témoins à l'isolement provisoire, Aliocha rejoignit son bureau pour contacter Swensson. Activant l'hologramme, il mis en marche un témoignage jugé de moindre importance en attendant que Swensson se manifeste. Lorsque son image apparut enfin dans la piece, Aliocha augmenta le volume, afin que le savant entende bien ce qui se disait. Mais il n'y eut aucun réaction.
_ Bon! J'espere que vous êtes seul mon cher docteur, commença t il. Parce que j'ai certaines nouvelles interessantes pour vous... à propos de certaines expériences qui sont, me semble t il, interdites sur cette planète selon les accords d'Aravis 2203. Mais peut être avez vous envie de m'en parler avant... demanda t il froidement.
Swensson ne réagit pas tout de suite, comme s'il cherchait ses mots afin de leur donner plus de poids. Sa voix était tout aussi impersonnelle que celle d'Aliocha.
_ Il me semble également qu'une personnalité de l'ombre m'avait donné les permissions nécessaires à mes recherches, sans savoir quelles étaient ces recherches. Et c'est la même personne qui me menace maintenant pour obtenir quelque chose. Le seul petit probleme, c'est que mes expériences sont suffisament poussées pour provoquer le chaos dans votre monde magnifique. Si je me sens menacé et si je dois subir un quelconque revers de fortune, croyez moi bien: j'emmenerai Nede en enfer avec moi!
_ Je n'en attendais pas moins de vous, bien sûr. Mais vous n'avez pas compris ce que je voulais dire. Vous savez bien sûr que prochainement le commandant Tchomir passera inspecter votre clinique. Vous savez bien sûr qu'il ne vous supporte pas.
_ Je sais surtout pour qui il travaille, le coupa Swensson.
_ Ne m'interrompez pas! grinça le bâtard du Bazileus. La prochaine fois, je risque de ne pas apprécié! ... Je disais donc que Tchomir faisant son travail comme il faut, vous allez avoir besoin de mon aide pour étouffer l'incident d'aujourd'hui. Vous êtes bien d'accord avec moi, cette fois?
_ Qu'entendez vous par là?
_ Il y a eut beaucoup de témoins et d'acidentés aujourd'hui. Et tous appartiennent aux Protecteurs.
_ A l'exception de Mèvie...
_ Ha .... disons que ce n'est plus un probleme. Elle ne vous gènera plus ... jamais. Ceci dit, je ne pourrai pas garder indéfiniment une compagnie de Protecteurs en isolement total. Il y a déjà deux morts et deux ne devraient plus tarder. Les deux derniers mordus par votre bestiole verdâtre.
_ Il s'agit d'une naïade héléade et pour sauver ces hommes, il suffit de les faire tremper le temps que je vienne les soigner. Autrement ils se videront entierement de leur eau, comme le premier. Je crois qu'un mort suffit...
_ Non, ne vous donnez pas cette peine. Ces pauvres bougres n'ont plus très envie de vivre à l'heure qu'il est. De même que celui qui a été aveuglé par Krolm! Ou celui qui se cache dans la peau de ce jeune homme...
_ ... Vous ne leur laissez aucune chance, marmonna Swensson horifié. Et pour ce qui concerne Krolm... ce n'est pas avec moi qu'il faut voir ça.
De son bureau, Swensson vit l'image 3D d'Aliocha se lever et marcher dans la piece. Ses traits refletaient son agacement et son mepris, mais également une certaine retenue, comme s'il avait peur.
_ En réalité, je crois bien que cela vous concerne, vous, Onrik Swensson! Ou Galyr Danaw devrais je dire. Le scientifique adepte de la magie. L'homme aux talents gachés par ses idées folles. Le mercenaire de la science. Le voleur de vie. Le Frankenstein universel. Danaw le damné. Le traitre impérissable. Et j'en passe et des meilleurs. De quel surnom ne vous a ton pas affublé mon cher docteur. Le nécromancien des mythes et légendes. Celui là me plait beaucoup, car il est proche de la vérité. Ne possédez vous pas une naïade, un assistant avec une main de liche et avec apparement de grands pouvoirs? ...
Revenons en donc à ce jeune homme, Krolm. Racontez moi tout sur lui! grinça Aliocha l'oeil mauvais.
_ Je croyais avoir été clair à ce sujet. Si vous voulez quelque chose, demandez le lui. Je n'ai rien à vous dire sur ce sujet.
_ Ca suffit! hurla Aliocha. Je veux tout savoir sur lui! s'époumona t il, rouge de rage et de colère. Je vais vous réduire en charpie si vous ne parlez pas!
Hésitant un instant, Swensson coupa l'hologramme l'air hagard. Il connaissait l'étendue du pouvoir d'Aliocha et craignait sa colère. Mais il restait une chance de lui échapper, alors qu'il ne pouvait rien faire face à Krolm qui se tenait devant lui, menaçant, depuis le début de la discussion.
_ Quel courage Galyr! Tu m'étonneras toujours, ironisa t il.


Dernière édition par le Mar 6 Fév - 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:37

Frappé de stupeur, Aliocha demeura immobile un bon moment, ayant du mal à accepter ce qui venait de se passer. Pour la première fois depuis qu'il était en contact avec Swensson celui ci venait de le ridiculiser. Il pensa bien évidement qu'un élément important avait contraint le savant à agir ainsi; Swensson n'était pas assez courageux pour oser l'ignorer de cette façon, mais qu'il l'ait fait suffisait à mettre Aliocha en colère.
Il s'assit brusquement à son bureau et donna rapidement ses ordres de façon très précises. Swensson allait payer le prix fort. Les Protecteurs seraient tenus à l'écart pour cette fois. Le Groupe d'Interventions Rapides serait beaucoup plus efficace. Et lui même dirigerait cette affaire depuis son propre aéronef.

Contemplant la ville qui défilait sous lui, Aliocha pensa à ce qu'il risquait dans cette expédition. Maintenant que l'attaque était lancé il ne pouvait plus faire demi-tour. Swensson et tous ses travaux allaient être anéantis sans qu'il ne puisse en retirer quoi que ce soit. Mais au moins tout cela ne se retournerait il pas contre lui.
Une voix grésilla dans son casque:
_ Nous arrivons sur l'objectif monsieur. Sommes prêts à intervenir et à détruire l'objectif.
_ Très bien. N'oubliez pas: pas de dégats pour les voisins. Les bâtiments sont suffisament espacés pour que rien n'arrive chez les voisins. Les vaisseaux n'ont pas l'autorisation de tirer, sauf si j'en donne l'ordre moi même.
Lorsque vous serez à l'interieur de la clinique, tuez tout ce qui n'est pas humain. Si vous avez un doute, contentez vous de neutralisez l'ennemi. Ne sous estimez personne, surtout pas le rouquin que vous risquez de trouver. Le seul homme que je veux récuperer en état est un cyborg. Voici sa tête, dit il en pianotant sur son ordinateur de bord. Au même instant l'image de Rhys apparut dans tous les vaisseaux se dirigeant vers le quartier résidentiel des Vents. Chaque homme du GIR put ainsi mémoriser cette tête à ne pas abattre.
_ Monsieur! Nous avons un petit probleme. Le bâtiment cible est en feu. L'incendie semble violent. Nous ne pouvons pas encore savoir s'il y a du monde à l'intérieur.
_ Putain de merde... On fonce. Débarquez quand même et essayez d'eteindre ce feu, hurla Aliocha désespéré. Il se doutait bien qu'il ne trouverait plus rien. Et les deux savants, Swensson/Danaw et Krolm, se promenaient maintenant en toute liberté... Où sont les hommes du service de sécurité maximum? demanda t il soudain, se rappelant que la clinique était censée être sous surveillance.
_ Mes gars viennent de trouver des corps aux abords du bâtiment. Ils ne sont pas identifiables, répondit la voix grésillante.
_ Combien y en a t il?
_ Une dizaine monsieur!
_ Ils étaient bien dix... Ces enfoirés ont été bien plus rapides que je ne l'aurai imaginer... Et maintenant je ne sais pas où ils sont... ni ce qu'ils ont en tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:38

Au même instant, le capitaine Fyrya Calmina réussit à obtenir le droit de sortir prendre l'air quelques instants. Aliocha avait en effet oublié de préciser l'enfermement total pour elle et le choc reçu lors de son affrontement avec Krolm était un bon pretexte pour s'aérer.
Encadrée et surveillée par une demi-douzaine d'agents du service de sécurité maximum, elle songeait au moyen de s'évader et d'échapper à la colère d'Aliocha. Car il était évident que la colère du fils du Bazileus serait tout d'abord dirigée contre elle.
Fyrya Calmina tenta vainement d'établir une discussion avec ses gardiens lorsqu'elle sortit sur la petite place bordant les bâtiments annexes du Palais. La place était presque fermée et rares étaient les visiteurs qui s'y attardaient tant les murs proches semblaient menaçants. Calmina s'asit sur un banc, toujours pensive.
Soudain son instinct l'avertit d'un danger imminent. Elle se leva brusquement, surveillant les faits et gestes de ses gardiens, certaine que la menace venait d'eux, lorsque la balle la frappa en plein front.
Elle s'écroula comme une masse, sous les yeux stupéfaits des hommes du service de sécurité maximum.


Sur l'un des toits bordant la place, un jeune homme rangeait promptement son arme, satisfait d'avoir trouvé une si bonne cible. Car il était persuadé d'avoir abattu une personne importante: la sécurité autour d'elle était la preuve qu'elle n'était pas n'importe qui. Cette fois encore, Leckanof serait content.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:39

Aliocha se promenait auprès des ruines fumantes de la Rose des Vents lorsqu'un sergent s'avança pour lui parler.
_ Quoi encore?
_ Le capitaine Calmina vient d'être abattue monsieur. Une balle en plein front, surement l'oeuvre du sniper de ces derniers jours. Il semblait s'être calmé mais...
_ Merci de me prévenir, le coupa Aliocha, sarcastique, je n'étais pas au courant! Comment a t il fait pour l'abattre? Où se trouvait elle?
_ Apparemment elle prenait l'air sur la place d'ombre. Elle était gardée par six hommes du service de sécurité maximum.
_ C'est plutôt la sécurité minimum en ce moment, maugréa le jeune homme. Et bien sûr aucun piste, pas de nouvelle du tueur. Comme d'habitude.
_ Non monsieur, rien.
Le soldat s'écarta, laissant Aliocha en pleine reflexion. La mort du capitaine Calmina n'était pas un probleme en soi, mais elle aurait pu lui offrir quelques informations supplémentaires rapidement, sans qu'il soit obligé d'avoir recours à tous ses subalternes. Et surtout elle était morte trop vite à son gout. Elle eut mérité de souffrir...
_ Monsieur! Nous avons un gros probleme. On vient de se faire voler un destructeur dernière génération sur le spatioport secondaire d'Alzam.
Hurlant de rage, Aliocha se précipit dans son vaisseau personnel et donna l'ordre à son pilote de décoller aussitôt. Il ordonna de préparer immédiatement une flotte pour suivre ce vaisseau et le détruire.
_ Ce sont eux, c'est évident. J'aurai du y penser! Rhys était pilote et avec ces deux savants fous, il se croit invincible. On verra bien qui est le plus habile.
_ J'ai des informations supplémentaires monsieur. Les voleurs étaient au nombre de cinq, dont une femme, jeune, et un homme assez agé qui semblait exténué.
_ Les autres? Un rouquin et un cyborg dans le lot, non?
_ Affirmatif pour le rouquin. Pour le cyborg en revanche je n'ai pas de confirmation. Les deux autres semblaient parfaitement humain... Attendez! apparemment l'un d'eux serait un Rebelle connu: Toryon daTali.
_ ...
_ La flotte de chasse est prête monsieur. Composée des vaisseaux les plus rapides monsieur. Ils n'attendent plus ue vos ordres.
_ Je suis là dans un instant.

Arrivé au spatioport, Aliocha monta immédiatement à bord de son vaisseau personnel, un croiseur possédant une vitesse supérieur à la normale grace à quelques modifications. Donnant l'ordre de décoller, il vit avec plaisir les cinquante vaisseaux le suivre rapidement. Une vingtaine de chasseurs légers et autant de lourds, le reste de la flotte se composait de croiseurs identiques au sien. Ces derniers vaisseaux étaient dirigés par les meilleurs pilotes disponibles à ce moment là sur Nede.
_ Le vaisseau volé se trouve juste devant nous. Il semblait nous attendre derrière la lune, annonça une voix sur la fréquence réservée pour cette mission.
_ Bien! Nous allons l'attaquer en trois vagues successive. D'abord, 15 chasseurs lourds, puis 15 légers. Que les attaques soient rapides et sans temps mort entre les deux. Faites seulement un aller-retour sur le vaisseau volé. Ne tentez pas de l'abattre. Lorsque ces deux vagues seront revenues se joindre à ceux qui restent, nous l'attaqueront tous ensemble après l'avoir encerclés. Il ne pourra pas nous échapper.
_ Excusez moi monsieur. Mais si nous lui laissons un seul instant de répit il pourrait en profiter pour passer en hyperespace, objecta un co-pilote derrière Aliocha.
Celui ci répondit sèchement:
_ Je ne me souviens pas vous avoir demandé votre avis.
Ainsi remis à sa place, l'homme quitta la cabine de pilotage, retenant sa colère. Pour avoir déjà organisé lui même de telle poursuite, il s'estimait capable de juger de la réaction de l'adversaire. Si le vaisseau cible se montrait ainsi prêt à faire face, ce ne pouvait être que pour tromper la vigilence de ses poursuivants. Sinon pourquoi les affronter de face? Il n'avait aucun chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Brouillon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Brouillon
Revenir en haut 
Page 4 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un brouillon dans la partie Ecrits
» brouillon (phil02)
» Brouillon de fiches d'unités (guerre de Trente Ans)
» [REQUETE] Appli pour gestion des SMS
» Recherche fanzine et webzine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les histoires de Charlie :: Bibliothèque :: Le voyageur de l'espace-
Sauter vers: