Les histoires de Charlie

Histoires de...
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Brouillon

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:39

A bord du destructeur volé, Rhys, revêtu de la même combinaison spéciale que celle qu'il avait lors de son accident survenu juste avant son arrivé sur Nede, activait les boucliers et les différents processus d'armement du vaisseau. A ses cotés se trouvait Toryon, revêtu de la même combinaison protectrice que lui, fruit des recherches de Krolm et cadeau de dernière minute avant le combat.
_ Vu le nombre, je pense que ça va drôlement secouer. Heureusement l'armement de ce vaisseau nous permettra de les bouger bien plus qu'il ne le pense. Je pense qu'ils vont envoyer plusieurs vagues en aller-retour simples. Si les attaques sont suffisament espacées, nous bougerons entre chacune d'entre elles et laisserons quelques mines à chaque fois. Si les différentes vagues sont trop proches, nous resterons immobiles, mais nous utiliserons tous nos leurres.
Ensuite, nous obtiendrons surement un petit répit avant la charge finale. A ce moment là nous devrions pouvoir bouger un minimum, de façon à nous trouver au-dessus de la majorité des vaisseaux. Avec ça, il y a de quoi les bousculer. Ils ne peuvent pas s'attendre à pareil fête. Et la petite surprise de Krolm est indétectable, dit il en jettant un oeil vers la lune très proche.
Tu te sens prêt à affronter la meute?
_ Ouais! ... mais je voudrai te dire, à props de Satyia...
_ Laisse tomber. C'est pas le moment. Lorsque tu te bats, évitesde penser à autre chose qu'à la destruction de l'adversaire. Oublies tout: la fuite, Satyia, le Bazileus. Tout ça c'est du passé. Penses uniquement au combat et à la mort, conseilla Rhys.
_ C'est que j'ai pas l'habitude de ce genre de combat, répondit Toryon, quelque peu inquiet. Moi ma spécialité, c'est le combat de rue.
_ Oui, je sais. Les bombes, les attentats, les manifestations, ce genre de truc. Mais bon, c'est facile de mettre la pagaille, tout le monde peut y arriver. Un combat spatial c'est autre chose. Mais tu verras, on peut s'amuser, s'esclaffa Rhys. En attendant ils arrivent. Accroches toi et utilises tes canons sans modérations. Leurs boucliers sont peu efficaces, surtout à la vitesse à laquelle ils vont. Quand tu commences à viser un vaisseau, tu ne le laches plus; tu l'achèves!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:40

Depuis son croiseur, Aliocha surveillait le déroulement du combat. Les 30 premiers vaisseaux s'élancèrent rapidement vers leur cible qui ne bougeait toujours pas. Les premiers tirs survinrent rapidement, mais pas comme l'imaginait Aliocha. Rhys avait été le premier à ouvrir le feu. Le premier chasseur se désintegra sous le choc du missile. Et le vaisseau volé restait immobile.
_ Pourquoi ne bouge t il pas? s'emporta Aliocha.Il croit peut être pouvoir tenir le choc avec une attaque de front? Et comment se fait il que ce putain de chasseur ait explosé dès le premier tir?
_ Visiblement c'est votre premier combat spatial monsieur, fit remarquer le co pilote qui s'était fait rabaisser par Aliocha quelques instants plus tôt. He bien sachez qu'un vaisseau immobile utilise la totalité de la puissance de son bouclier, contrairement à un vaisseau en pleine vitesse. De plus le vaisseau volé par nos ennemis se trouve pourvu d'un prototype de bouclier qui est censé être deux à trois fois plus résistant que les boucliers classiques. Ajoutons à cela le fait que le destructeur est un vaisseau de défense, l'adversaire à tout interêt à rester immobile.
En ce qui concerne la destruction de nos chasseurs, cela s'explique par leurs défenses amoindries alors même qu'elles ne sont pas exceptionnelles mais aussi par l'armement révolutionnaire du destructeur nouvelle génération. Notre colaboration avec la Grande Révolution nous a permis d'obtenir un armement de très haute qualité... et il se trouve que ce destructeur en est pourvu. Et visiblement celui qui pilote ce vaisseau sait s'en servir.
Puis il reprit après une petite hésitation. Pour finir, les pilotes des différents chasseurs sont rarement des pilotes d'exception sur notre planète, alors même que c'est le pilotage qui demande le plus d'adresse. Mais nous avons trop peur de les perdre au moindre choc, ce qui explique que l'élite de nos pilotes ne soit jamais dans ces "petits" vaisseaux.
Devant eux le massacre continuait. Deux autres chasseurs lourds avaient été détruits par un seul missile. Un chasseur léger, touché par une explosion, volait en zig-zag. Deux autres subissaient le tir continu de canons ioniques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:40

Alors que le destructeur encaissait les tirs sans aucun mal, les chasseurs passèrent rapidement à ses cotés. Les tirs ioniques firent exploser les deux chasseurs visés depuis le début et prirent deux autres cibles immédiatement. Celles ci ne furent pas détruites, mais leur bouclier endommagé ne leur permettait plus de se joindre au combat sans risquer la mort. Le dernier chasseur lourd passant à proximité du destructeur ennemi fut frappé de plein fouet par un nouveau missile et une boule de feu embrasa l'espace quelques instants avant de retourner au néant.
Stupéfait, Aliocha le fut encore plus lorsqu'il vit le destructeur virer rapidement pour offrir son flan aux attaques et s'élever légerement au dessus de la ligne d'attaque des chasseurs.
_ Qu'est ce qu'il va encore imaginer ce salaud? demanda t il au co-pilote expérimenté qui se tenait à ses cotés.
_ J'imagine qu'il prépare une autre manoeuvre pour quand nous attaquerons tous ensemble. Et en se positionnant ainsi, il n'offre pas son arrière aux attaques, ni à celles des chasseurs, ni à la notre si jamais nous changions de plan. De plus il peut ainsi surveiller tout le monde et sa position haute lui permet de tirer plus facilement sur les chasseurs, répondit il calmement, satisfait de voir qu'Aliocha l'écoutait enfin avec attention.


A bord du destructeur, Rhys semblait prendre beaucoup de plaisir au combat. A ses cotés, Toryon, moins ravi, fixait son attention sur les chasseurs revenant vers eux. Mais il ne put s'empecher de demander à Rhys pourquoi celui ci ne s'était pas servi des canons plasmas entre les différents envois de missiles.
_ Parce que je leur reserve la surprise pour maintenant. Dans leur subconscient, ils ont presque tous oublié que ce destructeur est équipé de défenses à plasma et en conséquence ils vont davantage se rapprocher pour être sûr de ne pas rater leurs tirs... Faut dire qu'ils en ont ratés tellement lors de leur premier passage, s'exclaffa t il.
_ Mais si jamais ils nous attaquent tous de suite et sans répit après ça, comment on fait? Notre bouclier à beau être un peu plus puissant nous ne pourrons pas tenir!
_ Ne t'inquietes pas pour ça. Krolm n'a toujours pas sorti l'atout qu'il a dans sa manche. Et si nous explosons, nous avons encore une chance de survie avec ces jolies petites combinaisons. Maintenant fermes là et tires, sourit il alors que les chasseurs revenaient à l'attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:41

Les chasseurs lourds et légers se rapprochèrent d'avantage, comme Rhys l'avait prévu. Plus terrible encore, ils resserèrent les lignes pour s'élever également vers le destructeur, sous les yeux ravis du cyborg.
_ Ils sont vraiment stupides, marmonna t il en tirant un nouveau missile.
Le choc désintégra immédiatement deux chasseurs lourds et trois autres vaisseaux se retrouvèrent soudain immobilisés suite à la déterioration de leurs moteurs. De son coté, Toryon fit exploser deux nouveaux chasseurs en un rien de temps.
Les vaisseaux ennemis s'apprétaient à faire un léger écart pour éviter de passer trop près du destructeur lorsque le tir ravageur des canons à plasma survint. De tous les cotés du destructeur les canons entraient en action chacun leur tour, faisant mouche à chaque tir. Les chasseurs lourds, principales cibles, explosaient en emportant dans leur ruine les chasseurs légers trop proches. L'un des pilotes de chasseurs légers fit une brusque embardée pour éviter une carcasse, mais il coupa la route d'un chasseur lourd. Le choc et l'explosion furent le summum de l'horreur pour les autres vaisseaux.
Plusieurs décrochèrent brusquement s'éloignant le plus loin possible du destructeur. L'un des pilotes jetta son vaisseau en direction du destructeur, espérant mourir en entrainant l'ennemi avec lui, mais son vaisseau fut désintégré par les canons à ions et à plasma réunis.
Rhys et Toryon ne se donnèrent même pas la peine d'achever les quelques vaisseaux dérivants dans l'espace. La victoire était totale et déshonnorante pour l'adversaire.
_ Krolm, t'es prêt? hésita Rhys, ne sachant trop comment appeler le rouquin.
_ Je suis prêt comme jamais, mon garçon. Partons à l'abattoir. Aujourd'hui, nous serons les bourreaux, jubila t il. Ces infâmes pourceaux vont apprendre à connaitre ma vraie puissance. Kâl-Uh-Tê est de retour! Ha ha ha ha
Surpris par cette révélation, Rhys n'y prêta pas attention outre mesure. Ce nom lui était totalement inconnu.
_ Bien alors cette fois c'est nous qui prenons les choses en main. Nous allons contre-attaquer avant même qu'ils ne réagissent. Avec un peu de chance ça passera tranquille, surtout qu'ils sont encore regroupés et ne nous attendent pas, dit il en mettant le destructeur en marche. C'est parti les amis!
_ Qu'allons nous faire? s'inquiéta Toryon. Je croyais que notre force c'était d'être immobile.
_ Tu l'as dis: "c'était". Dans un combat, spatial ou non, la ruse et la surprise sont toujours essentiels. De plus nous avons tout intérêt à les attaquer rapidement avant qu'ils ne récupèrent les quelques chasseurs qui ont décroché. Et puis la surprise de Krolm est notre arme principale.
_ Mais quelle est elle? s'enquit le jeune homme intrigué. Depuis le début vous en parlez entre vous comme si c'était l'arme absolu, mais vous refusez de m'en parler, comme si j'allais tout faire foirer!
_ C'est surtout que si tu savais, cela t'aurait distrait ... et peut être aurais tu essayer d'éviter le combat. Nous prennons un petit risque avec cette ... arme. Ce sera sa première utilisation, sourit Rhys. Sachant ça, je craignais que tu ne veuilles rester avec Satyia et l'autre déglingué à l'ombre de la lune... Désolé mais je ne te connaissais pas assez pour te faire entierement confiance, ajouta t il en voyant l'air furieux de Toryon. Mais peu importe. Attaquons!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:42

Enragé comme jamais Aliocha assista à la déroute des chasseurs. Les explications et les conseils du co-pilote expérimenté l'aidèrent tout juste à ne pas perdre la tête. Dans sa fureur il parlait d'attaquer immédiatement le destructeur, sans véritable organisation de combat.
_ Je le hais! Quand je pense que j'ai fait confiance à un tel enfoiré... Je vais le réduite à néant. Nous allons les attaquer tout de suite; ne pas leur laisser de répit, c'est ce qu'il faut. Jusqu'à ce qu'ils crèvent.
_ Si je puis me permettre monsieur. La situation à beaucoup changer, se risqua à faire remarquer le co-pilote du vaisseau. Maintenant je crois qu'il serait plus avisé de le surveiller et d'appeler rapidement des renforts. Nous avons pu voir tout son génie tactique et face à des pilotes classiques, il s'en sort brillament. Je ne sais pas qui est ce pilote, mais il est doué ... très doué.
_ Ne me dites pas que vous éprouvez de l'admiration pour ce péripatéticienne infâme, rugit le fils du Bazileus.
Le co-pilote hésita un instant, se demandant comment serait perçu ce qu'il pensait et quelles en serit les conséquences. Ce fut un instant de trop. Aliocha,les yeux furibonds se tourna vers lui menaçant.
_ Tu n'es qu'un traitre au Bazileus, mon père. Crèves donc, s'emporta t il en sortant une arme.
L'homme ne bougea pas, fixant Aliocha dans les yeux. Mais celui-ci, dans un état second n'y pretta pas attention et vida son arme sans barguigner. Le corps fut projetté en arrière et s'ecroula au milieu de la salle des commandes du vaisseau, sous les yeux stupéfaits des personnes présentes.
Un lourd silence tomba, comme une chape de plomb, heureusement interrompu par une voie dans les hauts parleurs:
_ Le destructeur se met en marche monsieur. Il fonce sur nous... C'est incroyable.
Un instant ébahi, Aliocha prit un micro et s'écria:
_ Que tous les vaisseaux se jettent sur lui. Je veux qu'il soit abattu, détruit, anéanti. Je ne veux plus jamais en entendre parler!
_ A vos ordres monsieur!
Puis, voyant le pilote de son vaisseau personnel se tourner à demi vers lui, Aliocha lui intima l'ordre de s'écarter un peu du combat.
_ Je ne vais pas risquer mon vaisseau contre ce traitre. Et les autres vaisseaux seront suffisants pour détruire ce maudit destructeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:44

La suite se passa très rapidement. Voyant le destructeur s'avancer vers eux, la flotte Nedeienne se mit en branle également.
A bord de son vaisseau s'éloignant, Aliocha eut tout juste le temps de remarquer les courants d'énergie pure courir le long du destructeur et les réacteurs d'hyperespace s'allumer avant l'explosion. Le bâtiment trembla. La secousse jetta tout le monde au sol. La structure du vaisseau grinça de manière inquiétante. Et surtout, tous ceux qui se trouvaient à proximité des écrans de visions spatials conservaient gravé sur leur rétine la lueur blanche fulgurante, encore aveuglés par ce flash intense et irréel.
_ Qu'est-ce que c'était que ça? Qu'est-ce qui s'est passé? demanda Aliocha avant même de recouvrer entièrement sa vision. S'approchant des écrans et sa vue se rétalissant peu à peu, il vit émergé du brouillard des restes de vaisseaux calcinés. C'est impossible! Comment a t il péripatéticienne tout détruire en un clin d'oeil? Où est il?
_ Apparemment il a été détruit en même temps que le reste de la flotte. Il a disparu de nos radars et n'a pas pu fuir si rapidement, fit remarquer un mécanicien non affecté par la lumière de l'explosion. A moins que ...
_ Que quoi? rugit Aliocha.
_ A moins qu'il ne soit passé en hyperespace. Mais cela se serait remarqué... Et puis il ne pouvait pas passer en hypersespace au milieu de tous nos vaisseaux, ni durant l'explosion... C'est insensé.
Aliocha ne péripatéticienne retenir un cri de colère. Se tournant vers le mécanicien il s'appretait à ressortir son arme, encore une fois.
_ Je ne suis pas sûr que me tuer arrange quoi que ce soit. Je crois qu'il y a eut assez de pertes aujourd'hui, fit remarquer le mécanicien, tentant d'amadouer le fils du Bazileus, furieux de tant de déconvenues. Il n'y a plus que dans les légendes que les messagers de mauvaises nouvelles sont tués... car dans les légendes ils ne sont bons qu'à faire parvenir les nouvelles. Ce qui n'est pas mon cas... ni le sien, ajouta t il en regardant le corps sans vie du co-pilote.
_ Effectivement, tu m'es encore utile, reconnut Aliocha. Mais le seras tu longtemps? grogna t il en rangeant son arme. Sans attendre de réponse, il s'approcha des écrans de contrôle, tout en pensant que ce mécanicien méritait d'être puni pour lui avoir ainsi parler. Il résolut de repousser ça à son retour sur Nede; à condition qu'ils puissent revenir.
Tout autour d'eux flottaient des carcasses et des débris de vaisseaux. Le bouclier était en très mauvais état et les moteurs avaient beaucoup soufferts. Le voyage de retour risquait d'être plus long que prévu ... et l'arrivée sur Nede humiliante.



A bord du destructeur Toryon laissa eclater sa joie.
_ Youhou ! On est passé! ... J'en reviens pas. J'ai rien compris à ce qui s'est passé, mais on les a laissés sur place. On s'en sort plutôt bien, s'exclama t il.
_ Ouais, on s'en sort bien. M'enfin le vaisseau à souffert, j'ai eu peur qu'on explose avec tout le monde. Et ce qui c'est passé, c'est assez simple à dire: Krolm ... ou le revenant, a mis au point une arme très particulière qui consiste à utiliser la puissance énergétique du bouclier pour tout detruire. C'est à dire que là où nous érions, il ne doit plus rester que des carcasses de vaisseaux.
_ Plus exactement, l'énergie du bouclier redirigée librement vers l'extérieur et confrontée aux différents tirs ennemis a provoqué une explosion environ vingt fois plus forte qu'une grosse mine spatiale. Avec comme intérêt de fonctionner uniquement dans un sens: vers l'extérieur.
Le seul probleme, c'est que pour servir de détonateur, je n'ai rien trouvé de mieux que le passage en hyperespace. Il restait donc le risque de subire l'explosion pour être allé trop vite. C'est pour cela que le vaisseau a tant tremblé. Mais la chance nous a souri,
conclu le rouquin.
_ Il ne nous reste plus qu'à aller recupérer Satyia et le docteur Swensson alors... Et si tous les vaisseaux ont été détruit, cela signifie qu'Aliocha est mort? réagit Toryon avec une pointe d'excitation dans la voix.
_ Qu'est-ce qu'on s'en fout, répliqua le rouquin. Tout ça n'a plus aucune importance maintenant. Quant à la fille et à l'autre vieux fou, je ne suis pas sûr qu'aller les rejoindre soit une bonne idée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:47

_ Qu'est-ce que tu veux dire par là, grogna Toryon, prêt à bondir.
Le rouquin le regarda d'un air meprisant avant de répondre.
_ En quoi nous sont ils utiles? Ils sont, l'un comme l'autre une charge pesante et sans interêt. A part la fille qui peut encore servir à te soulager...
N'attendant pas la fin de la phrase, Toryon se jetta sur son interlocuteur. Mais au moment où il l'attrapait à la gorge, Toryon fut projeté en arrière et alla s'écraser sur une console de pilotage. Etourdi, il vit le rouquin se pencher au dessus de lui.
_ Il est temps que tu ouvres les yeux et que tu comprennes à qui tu t'adresses marmot, dit il en approchant sa main cadavérique. Je suis Kâl-Uh-Tê, plus grand mage de l'Univers, le seul à avoir survécu à l'anéantissement de la magie, le seul à pouvoir se réincarner si vite et avec la moindre parcelle de son corps. Je suis Kâl-Uh-Tê le Noir Serviteur de la Magie et je n'accepte pas qu'un petit être comme toi me parle sur ce ton. Je suis bien plus vieux et bien plus instruit que tu ne le crois. Avant que cette planète ne soit colonisée, j'étais déjà un mage reconnu... et toi tu me meprise et crois pouvoir te mettre en travers de ma route? Ha ha ha !
_ Très interessant tout ça. Mais pour le cours d'histoire on va attendre un peu, l'interrompit Rhys. Et pour commencer éloignes toi de Toryon.
Kâl-Uh-Tê se retourna brusquement avec un visage transformé par la haine, mais il s'arreta en regardant le bras de Rhys transformé en arme et dirigé vers lui.
_ Tu n'oserais me tirer dessus avec cette arme ridicule, n'est-ce pas, gémit il pitoyablement. Je ne voulai pas lui faire de mal. Juste l'impressioner un peu. Mais voyant Rhys rester de marbre, il hurla: N'oublie pas que j'ai fabbriqué cette arme et que son pouvoir m'appartient. Si tu ne baisses pas le bras, je te réduirais en poussière, toi et ton ami!
Mais là encore, Rhys ne réagit pas. Du moins pas tout de suite. Du regard il lui intima l'ordre de s'écarter de Toryon, afin que celui-ci puisse se relever. Lorsque le jeune Rebelle, se fut trainé jusqu'à un siège, Rhys questionna le rouquin.
_ Où se trouve Krolm?
Un instant surpris par la question, Kâl-Uh-Tê éclata de rire.
_ Ce pauvre idiot m'a fait confiance. Il n'a pas compris que je pourrai m'approprier son corps et son esprit. Il n'existe plus. Je l'ai anéanti. Vous ne le reverrez plus jamais.
_ Quel âge as tu? riposta le cyborg.
_ Qu'importe mon âge. Tu n'en sauras rien, car connaitre mon âge, c'est déjà me connaitre intimement. Nul n'aura plus jamais ce plaisir...
_ Parles nous de Swensson... ou Danaw, peut importe son nom.
_ Ho non, le nom d'une personne est très important au contraire. La Magie nécessite de connaitre le véritable nom d'une personne pour l'occire durablement... Le rouquin s'interrompit soudain réalisant qu'il ne connaissait surement pas le vrai nom de Rhys, puis en plongeant dans les souvenirs de Krolm, il trouva ce qu'il cherchait. Rhys ap Gruffyd. Me comprends tu Rhys ap Gruffyd? se moqua t il en modelant sa voix. Mais Rhys ne réagissant toujours pas, il ouvrit de grand yeux inquiet. Ce n'est donc pas ton vrai nom. Ce qui était plus une affirmation qu'une question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:49

_ Tout pouvoir est limité, même la magie. Je ne sais pas qui a créé le monde tel qu'il est, mais celui qui l'a fait a été suffisament prévoyant pour ne pas donner un pouvoir illimité à un homme. Ce qui signifie que tu n'est pas tout-puissant... Maintenant parles moi de Danaw ou tu vas souffrir.
Reprenant rapidement ses esprits, Kâl-Uh-Tê se moqua encore une fois.
_ Pauvre ignare. Ne parles pas de ce que tu ne connais pas la magie est suffisament puissante pour que je puisse te tuer, même sans ton nom. Nous pourrions faire un test sur ce jeune homme, pour que tu comprennes, dit il en lorgnant vers Toryon.
Celui ci se tassa sur son siège, visiblement inquiet par les promesses de la liche réssucitée.
_ Ecoutes moi bien vieux corbeau. Cesses de te vanter et parles moi de Galyr Danaw. Car moi je n'aurai pas besoin de magie pour te détruire et je n'ai pas besoin de bavaser pour me convaincre moi-même.
Après une bouffée de colère retenue, le rouquin se décida enfin à parler.
_ Ce que je sais sur Danaw va vous paraitre invraisemblable à vous autres, esprits obtus. Pourtant c'est bien la stricte vérité. L'homme que vous connaissez sous le nom d'Onrik Swensson, dans un corps agé d'une soixantaine d'année, a en réalité 550 ans et des poussière. N'est-ce pas impressionant? Cet homme, né sur la Terre, notre planète mère, a vécu plus de cinq siècles. Il est né alors que seul le système solaire de la Terre était colonisé. Il est né alors que les hommes n'avaient pas encore envahis l'univers comme aujourd'hui et qu'ils commencaient à peine à l'imaginer.
Comment a t il fait? He bien durant sa première vie, si je puis dire, il a mis au point une potion lui permettant de rajeunir son corps. Une potion unique lui permettant de revenir en arrière à chaque fois qu'il atteindrait la veille de ses cent ans. Mais pour ne pas retomber entièrement en enfance, il a réussi à faire revenir son corps à dix ans après sa naissance. Le seul "hic" étant qu'à chaque fois qu'il rajeunit, il revient dix ans après ... sa nouvelle naissance. Ainsi il a vécu presque cent ans lors de sa première vie, mais seulement quatre-vingt-dix pour la deuxième, et quatre-vingt pour la suivante et ainsi de suite. Lui qui croyait avoir trouvé l'immortalité s'est retrouvé coincé dans un piège infernal.

_ Cela lui permet tout de même de vivre beaucoup plus longtemps qu'un homme normal. Il n'a pas de quoi se plaindre, régit Toryon.
_ Ho esprit obtus de l'homme qui ne sait pas ce qu'est une quête. Galyr Danaw est rongé par le besoin de trouver une potion le rendant éternel. Toutes ses recherches sont focalisées sur cela. Toutes ses recherches ont pour but ultime, l'Eternité. Et cela passe également par des recherches sur la manière de proteger ses secrets. Pour garder l'esprit clairvoyant, il faut réussir à diversifier ses recherches. Car tout le monde sait qu'en restant trop longtemps fixé sur un probleme on finit par ne plus rien comprendre.
_ Et que viens tu faire là dedans, toi le grand Mage? l'interrogea Rhys tout en le gardant en ligne de mire avec son arme incorporée à son bras.
_ Mes contacts avec Galyr remonte à notre plus tendre enfance, répondit il avec un regard de haine pour Rhys. He oui! Tout aussi surprenant que ce soit, Galyr et moi avons grandi ensemble, sur Terre. Nous n'avons même pas trois jours d'écart... Et ce qui fait que je suis là? Nous avons la même quête. Nous cherchons tous les deux ... l'Eternité. Et lorsque nous étions réellement jeunes, nous avions décidé d'une sorte de compétition. Le premier qui trouverait le moyen d'être Eternel ... celui là prendrait l'autre en esclavage ... pour l'Eternité.
_ C'est bien joli tout ça, mais vous semblez avoir du mal à trouver ce que vous cherchez, l'un comme l'autre. Et pourquoi vous détestez vous autant en dehors de cette compétition un peu risquée? demanda encore Rhys.
_ Une querelle! Un différent à propos d'une femme que Galyr voulait emmener avec nous dans notre voyage éternel. J'ai refusé bien sûr. Comment pouvait il imaginer s'encombrer d'un être succeptible d'en héberger un autre? C'était beaucoup trop dangereux pour nos expériences. Pour éviter que Galyr ne fasse l'erreur de mettre cette femme dans la confidence et qu'il ne s'arrange pour lui faire boire sa potion, je l'ai tuée... et depuis ce temps il m'en veut. Il n'a toujours pas compris que je lui ai rendu service ... et puis imaginez que je perde et que je sois l'esclave d'une femme pour l'Eternité. Autant j'aurai pu faire avec Galyr, car je sais le manipuler, mais une femme ... pouha. Je preferai encore mourir.
Un voile de colère obscurcit un instant les yeux de Rhys, mais il se reprit. Ce monstre ne lui laissait pas le temps de penser à autre chose. Il fallait vite trouver un accord, sinon c'en était fait de lui et de Toryon, mais aussi de Satyia. Pour elle, il ne pouvait abandonner la lutte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:50

_ Très joli histoire. Mais malgré le serment qui vous lie, tu ne tiens pas à ce que Danaw reste en vie... aurais tu peur de perdre et de te retrouvé l'esclave de ce génie de Danaw? insinua Rhys.
_ Ha ha ha ... moi esclave? Jamais. Et Galyr le sait très bien. Tout comme je sais qu'il ne sera jamais le mien non plus. Nous avons évidemment prévu le nécessaire pour que cela ne se produise pas.
_ Et peut on savoir comment tu t'es arrangé pour ne pas être lié par ton serment? demanda naïvement Toryon.
_ Non, tu ne peux pas, petite cervelle.
Toryon se leva brusquement le visage tordu par la colère et la haine, mais Rhys lui ordonna sechement de se rasseoir. Comme celui ci se tournait à moitié vers Toryon, Kâl-Uh-Tê en profita pour se redresser très vite et fit une série de signe en l'air en murmurant, puis d'un mouvement brusque fit un geste en direction de Rhys. Celui ci fit feu dès les premiers gestes, vidant son chargeur de plasma en direction du rouquin au moment où une boule de feu apparaissait au bout du bras gauche de Kâl-Uh-Tê.
Une forte explosion les souffla tous. Toryon fut projetté de nouveau sur les consoles de pilotages et Rhys glissa sur plusieurs metres jusqu'à une barrière de sécurité. Il se redressa aussitôt, se précipitant vers le corps de Krolm qu'il trouva immobile, la face contre le sol, dans une position désarticulée.
Hésitant un instant, il tira encore plusieurs fois sur le corps allongé puis attendit une réaction. Comme rien ne se produisait, il s'approcha et retourna le corps, découvrant le visage et le torse carbonisés, ainsi que le bras gauche. L'odeur était effroyable et Toryon, qui s'était approché, s'écarta rpidement.
_ Pouah... c'est pas beau à voir, grogna t il.
Mais Rhys ne répondit pas, observant les restes de celui qui avait été un ami pendant sa "captivité" à la Rose des vents. Puis, faisant jaillir la lame de son bras, il se mit à découper la tête du cadavre.
_ He! Qu'est-ce que tu fais? C'est bon, il est mort!
_ C'est un sorcier! Je prend mes précautions, c'est tout, répondit doucement le cyborg en achevant de découper la tête. Puis il s'attaqua ensuite à ce qui restait de la main gauche, cette main de liche que Swensson avait greffée à son acolyte, cette main qui était en réalité celle de Kâl-Uh-Tê et qui était la véritable cause de la mort de Krolm.
_ Trouves moi de l'eau et de l'acide, commanda Rhys ensuite. Nous allons bruler le corps entièrement, puis le détruire. Et lorsque ce sera fait, nous placerons les restes dans les réacteurs du vaisseau afin de les réduire davantage si possible et de les disperser dans l'espace. En esperant que toutes ces précautions seront suffisante pour être à jamais débarassé de ce monstre ami de Swensson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:50

Au même moment, Swensson se trouvait toujours en compagnie de Satyia, à l'ombre de la lune de Nede. Enfermés dans leur petit vaisseau de secours, ils n'avaient d'autre alternative que l'attente. Pour être sûr qu'ils ne soient pas repérés bêtement, Rhys avait neutralisé leur radio, interdisant tout contact avec l'extérieur.
Mais plus que l'attente, c'est la façon dont il avait été enfermé dans cette prison qui exaspérait Onrik Swensson ... ou Galyr Danaw. De plus il se retrouvait en compagnie de Satyia qu'il aimait toujours autant, mais en sachant que ceux qui viendraient les sauver étaient également amoureux de la jeune fille... Plusieurs fois il avait essayer de renouer le dialogue avec son ancienne infirmière, mais celle ci s'arrangeait toujours pour que la discussion s'arrete très vite. Son esprit était trop accaparé par le sort de Toryon et de Rhys pour discuter avec le savant. Car malgré tout ce qu'elle savait de Swensson, elle n'avait pas conscience de se trouver face à un homme si vieux et si intelligent... et si dangereux.
_ Ce n'est pas normal qu'ils ne soient pas déjà revenus. Nous devrions déjà être revenu à bord de ce vaisseau volé si tout c'était bien passé... Je suis sûr qu'ils ont été abattu, grognait Swensson/Danaw. Avec toute la chance que j'ai, je vais me retrouver coincé ici pour le restant de ma vie. Tout ça pour avoir fait confiance à ces fous.
_ Ces fous savent ce qu'ils veulent au moins, fit remarquer aigrement la jeune femme.
_ C'est à dire? s'enquit Swensson.
_ Vous savez très bien de quoi je veux parler ... Eux n'ont pas peur de se battre pour moi et ils n'ont pas de mal à me dire qu'ils m'aiment. Ho ne faites pas cette tête, je ne suis pas completement aveugle. Ne croyez pas que je n'ai jamais remarqué votre petit manège. J'ai très vite compris que la promesse faites à ma pauvre mère ne vous interessait pas autant que moi même. Seulement vous n'osiez pas franchir le pas et moi, naïve que j'étais, je croyais que vous aviez un peu de respect pour moi. Mais maintenant que je suis sorti de vos griffes, j'ai compris que c'est seulement que vous n'avez pas de courage. Satyia s'était redressée pendant qu'elle accusait le savant et, malgré sa timiditée et sa crainte de Swensson, était allé au bout de sa pensée. Elle avait sorti d'un coup la rancoeur accumulée au fil des ans.
Elle s'était un peu empourprée sous le regard de Swensson ; ce qui ne la rend que plus belle, songea ce dernier.
_ Fillette tu ne sais pas ce qu'est le courage. Tu ne sais rien de moi non plus d'ailleurs. Et que sais tu de ces jeunes chiens fous? Que sais tu de Rhys avant qu'il ne tombe sur la table d'opération de la Rose des vents? Que sais tu réellement de ton ami Toryon, rebelle à l'autorité?
_ Je sais qu'ils m'aiment! Eux! s'emporta t elle. _ Je sais que s'ils sont parti se battre, c'est parce qu'ils m'aiment. Je sais qu'ils n'ont pas peur d'affronter la mort pour moi...
_ Et alors? Tu trouves cela raisonnable? la coupa Swensson. Il est vrai que jusqu'à présent je n'ai pas bravé la mort pour toi... ni pour personne d'autre. La seule femme que j'ai jamais aimé assez pour cela est morte il y a très très longtemps. A une époque ue tu ne peux imaginer, petite, dit il d'une voix soudain changée. Mais tout cela est trop vieux, ajouta t il en redevenant tel que le connaissait Satyia. Dis moi donc, Satyia. Que ferais tu si aucun des deux ne revenait? Et si les deux reviennent? He he. As tu pensé à ça? ricana t il alors avec une grimace méchante.
_ Arretez! Je ne fais que ça d'y penser. Je sais qu'ils reviendront tous les deux, alors ne vous faites pas d'illusions... mais après... je ... j'espere que ... ho j'en sais rien, gémit elle.
Doucement, Swensson s'approcha alors de Satyia et doucement lui mit la main sur l'épaule pour la consoler. Puis il la serra contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:52

Mais brusquement, elle se débattit et le repoussa avec un regard noir.
_ Ne me touchez plus jamais! Jamais, vous avez compris? hurla t elle hystérique. J'ai très bien compris que depuis le début vous ne cherchez qu'une chose avec moi, mais vous ne l'obtiendrai jamais. Vous me répugnez!
_ Ne dis pas ça. Tu ne sais pas pourquoi je t'aime. Tu ne sais pas pourquoi j'ai accepter aussi aisement de faire cette promesse à ta mère, répliqua t il énervé.
_ He bien allez y, dites moi tout. Quelles sont vos raisons alors? Vos raisons qui vous donnent l'impression d'être si bon et si magnanime. Pourquoi je devrai être si reconnaissant envers vous... Qu'avez vous donc de si spécial à m'offrir?
_ L'éternité, souffla t il avec hargne. Là où tes petits amis proposent de mourir pour toi, moi je te propose de vivre éternellement avec moi!
Stupéfaite, Satyia resta bouche bée quelques instants avant d'esquisser un petit sourire. Elle se demanda si Swensson n'avait pas était trop surmené et si la folie ne l'avait pas rattrapé ou si son sérieux était dangereux. Elle répondit néanmoins :
_ Je ne sais pas à quoi vous pensez, mais je ne vivrait pas éternellement et je n'y tiens pas, surtout pas avec vous!
_ Je le sais bien... je l'ai compris. J'ai malheureusement tout raté, grogna t il. Mais c'est pour cela que j'ai promis à ta mère de m'occuper de toi. Lorsque j'ai vu le regard de ta mère et l'amour qu'elle avait pour toi, j'ai compris que l'Amour était la seule chose qui soit éternelle. J'avais donc l'opportunité de me faire aimer de toi et d'obtenir ainsi l'éternité. Mais j'ai tout foiré...
_ Mais c'est de la folie, s'exclama t elle. Comment pouviez vous imaginer obtenir de vivre éternellement?
_ L'Amour est éternel. Il me suffisait de trouver le moyen de capturer cet Amour et de l'intégrer à mes recherches. Je sais que je trouverais un jour. N'ai je pas déjà réussi à augmenter considérablement la longévité d'une vie humaine? se vantait il. Mais lorsque j'obtiendrai L'Eternité, toi tu n'obtiendras rien d'autre que la mort de tes amants.
_ Je ne comprends vraiment pas comment vous pouvez imaginer obtenir la vie éternelle grace à l'amour. Ce n'est qu'un sentiment, rien de palpable. C'est digne d'un vulgaire magicien amateur, pas d'un savant comme vous... Et puis la haine aussi est un sentiment éternel. Tous les sentiments sont éternels, suggéra Satyia troublée par la "folie" de Swensson.
_ Tu ne comprends rien pauvre sotte. La haine disparait avec la mort de l'être détesté pour se transformer en mépris puis en oubli, parfois même en pardon. Lorsque quelqu'un meurre, on ne retient que ses bonnes actions. C'est ainsi que se réalisent le dicton disant que les meilleurs meurent les premiers. L'Amour est donc le seul sentiment qui dure au-delà de la mort, au dela de tout et qui est même augmenté, renforcé par la séparation. Tout cela je l'ai compris le jour où je vous ai croisé, toi et ta mère, se souvint le savant.
Satyia lui demandant alors comment il comptait "récolter" une parcelle d'Amour, Swensson se laissa aller et dévoila son plan :
_ Pour que mon idée soit réalisable, il me suffit d'obtenir le fruit de notre amour commun, le résultat d'une nuit d'amour et de le sacrifier pour ensuite nous rendre éternels tous les deux...
_ Vous ... vous voulez parler de ... d'un enfant? s'étrangla la jeune femme. Votre idée est de sacrifier un enfant?
_ Un petit être benêtçu spécialement pour nous aider à vivre! Un enfant qui vivrait en nous en nous offrant l'éternité. Je suis persuadé que ...
_ Vous êtes monstrueux! rugit Satyia en se jettant sur lui telle un chat sauvage. Elle le frappa et le griffa au visage, tapant, mordant, soufflant tout ce qu'elle pouvait. Swensson/Danaw, surpris par cette soudaine réaction, se laissa tout d'abord bousculer avant de réagir violemment. D'un brusque revers de la main il giffla Satyia et la saisit par les cheveux.
_ Tu n'aurais jamis du faire ça, petite vipère, grinça t il à son oreille. Puis se rapprochant du mur il lui cogna la tête sur la paroi de métal, toujours en la tenant par les cheveux. Il cognait pour répondre à ses coups. Il cognait pour qu'elle arrete de s'agiter. Il cognait pour l'assomer. Il cognait pour se soulager. Il cognait pour lui faire mal. Il cognait pour détruire et se sentir supérieur. Il cognait encore et encore. Il cognait lorsque la peau éclata. Il cognait toujours lorsque les os se brisèrent, se mélant au sang. Il cognait sans penser, sans voir la teinte rouge du mur, sans sentir le poids mort dans ses mains, sans sentir le liquide tiède et poisseux qui imbibait ses mains. Il continait de heurter le corps sans vie de Satyia contre la paroi alors que le visage n'était déjà plus reconnaissable. Il persistait encore lorsque la porte du petit vaisseau de secours s'ouvrit pour laisser passage à Toryon et à Rhys.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:52

Après s'être assuré de la destruction du corps du magicien ténebreux qui avait pris possession du corps de Krolm, Rhys se remit aux commandes du vaisseau et enclancha l'hyperespace, revenant bientôt aux abords de Nede. Le vaisseau se rapprocha rapidement de la lune et il ne fallut pas longtemps au cyborg pour retrouver le petit vaisseau de survit dans lequel Satyia et Danaw les attendait.
La jonction automatique faite entre les deux vaisseaux, Rhys, accompagné de Toryon, se précipita. Quelle ne fut pas leur surprise d'arriver dans un silence seulement troublé par des coups sourds et réguliers provenant de la salle principale.
_ Satyia! ... Satyia, où es tu? Que se passe t il? cria Toryon en se précipitant vers le bruit.
Rhys essaya de l'arreter mais déjà le jeune homme avait ouvert la porte et s'arretait immobile sur le seuil, cloué sur place. Rhys comprit aussitôt se qui se passait et fut tout autant sidéré que Toryon. Il fut cependant le plus prompt à réagir et, bousculant le Rebelle, courut jusqu'à Galyr Danaw et lui ota le corps des mains pour le déposer au sol dans un silence effroyable.
Le savant, surpris par cette irruption, se mit à regarder ses mains rouges sans comprendre. Puis il observa le corps de son ancienne assistante sans comprendre. Il ne remarqua même pas Toryon qui accourait vers le corps sans vie de Satyia. Sa vue se troubla et un voile de larme envahit son champs de vision. Il n'entendit pas non plus les lamentations du jeune homme, enfermé dans son monde.
Toryon, lui, s'était jetté au sol et prenait la tête meurtrie de Satyia entre ses mains. Il embrassa une dernière fois ces levres encore chaudes en pleurant.
_ Je l'aimais Rhys, je l'aimais... J'étais fou d'elle... Elle portait même notre enfant... elle me l'avait annoncé avant d'entrer chez ce monstre, pleurnichait il en faisant un vague geste vers Danaw. Depuis qu'elle est entré dans ma vie, tout a changé... Je ne veux pas vivre sans elle...
Se relevant doucement, Rhys observa Toryon enlaçant celle qu'ils avaient tous aimé, Toryon, Danaw et lui même. Mais Satyia n'avait aimé que Toryon et le cyborg, à sa manière; et Danaw, le soupirant déçu l'avait tuée plutôt que de la perdre...
_ Moi aussi je l'aimais Toryon, grinça t il. Et lui aussi, ajouta t il en se tournant vers l'assassin. La différence ... c'est qu'elle n'a aimé que toi. Et Swensson ne l'a pas supporté.
Reniflant bruyamment, Toryon se pencha encore d'avantage sur le corps sans vie de Satyia, assimilant petit à petit ce que lui annonçait Rhys. Puis il reposa très lentement la tête de la morte et se redressa encore plus lentement en fixant Danaw.
_ C'est à cause de lui qu'elle a souffert! C'est à cause de lui que nous avons du fuir! Et c'est lui qui l'a tuée, dit il. Crèves malpropre chien, hurla t il alors en sortant une arme. Tryon tira vivement en direction du savant, l'atteignant plusieurs fois à la tête et au torse. Mais d'autres balles s'écrasèrent contre la paroi du vaisseau, contre les tuyauteries et les commandes du vaisseau, provoquant plusieurs explosions dont la dernière secoua le vaisseau en entier. Puis un craquement de métal retentit suivit du bruit redouté de tous les pilotes de vaisseau spatial : le bruit de l'air qui s'échappe dans l'espace. Un panneau entier de la console de commandes se détacha soudain et s'envola vers l'ouverture sur l'espace, colmatant un instant le trou.
_ Sortons d'ici, et vite, grogna Rhys. Dans 5 minutes ce foutu vaisseau va se désintégrer... Si tu ne veux pas rejoindre Satyia tout de suite, tu ferais bien de me suivre, ajouta t il en saisisant Toryon par le bras.
Se dégageant violemment, Toryon regarda Rhys dans les yeux avant de lacher :
_ Tu ne sais pas ce que c'est que l'Amour. J'aime Satyia et la vie sans elle n'a plus d'importance pour moi. Je prefere rester avec elle plutôt que de fuir la mort. La Faucheuse ne me fait pas peur...
_ Il n'est pas question d'avoir peur, Toryon. Mais ce n'est pas la peine de s'offrir volontairement à la Faucheuse, notre tour viendra toujours assez vite, répondit Rhys avec calme. Puis, alors que le vaisseau tremblait de plus en plus, il assoma Toryon d'un unique coup sur la tempe et le chargea sur ses épaules.
_ Excuses moi Satyia, marmonna t il, mais je suis sûr que tu comprends...
Il se dirigea rapidement vers le tunnel de jonction entre les deux vaisseaux, évitant de regarder derrière lui. Il repensa à sa dernière visite de l'espace et se dit que cette fois il n'aurait pas la même chance sans masque à oxygène. Derrière lui, un bruit assourdi lui signala que la console de commandes venait de céder, agrandissant le trou par lequel fuyait l'oxygène.
La porte du destructeur volé sur Nede résista un instant et Rhys prit peur. Pour la première fois depuis longtemps, il se dit que son heure avait sonné. Il n'était plus maitre de l'action. Une simple porte de vaisseau allait l'empecher de rester en vie... la mort le rattrapait enfin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:53

De retour sur Nede, Aliocha quitta très vite le spatioport d'Alzam arguant qu'une affaire urgente l'attendait. Dès son arrivée au palais il demanda les rapports sur le vol du destructeur et sur le feu qui avait ravagé la Rose des Vents. Il apprit ainsi que le feu avait pris de manière fulgurante. Les voisins n'avaient pas encore senti l'odeur de la fumée, que déjà tout le bâtiment était la proie des flammes. De plus, personne n'avait été vu en train de fuir. Sous les décombres, on avait déjà découvert plusieurs cadavres étranges; sans doute les expériences de Swensson.
En ce qui concernait le vol du destructeur, il s'agissait d'un abandon de poste. L'un des gardiens s'était éloigné pour fumer en dehors du hangar afin de ne pas provoquer d'accident. Il n'avait donc pas été en mesure d'aider son collègue à défendre l'accès au vaisseau. Le deuxième gardien avait tout de même essayer de se battre, mais sans savoir comment il s'était endormi soudainement. L'expertise certifiant qu'il n'avait en aucun cas été frappé, Aliocha ordonna que les deux soldats soient condamnés aux mines de fer. Ce qui était finalement une condamnation à mort, mais à une mort lente et douloureuse.
_ Avez vous trouvé l'infirmière qui travaillé pour Da ... Swensson? demanda brusquement Aliocha, tout en continuant à marcher vers son bureau. Arline Carett.
_ Heu ... c'est que ... vous ne nous aviez pas demandé de ... heu ... la trouver, se risqua un auxiliaire.
S'arretant aussitôt, Aliocha s'adressa à un capitaine :
_ Débarassez moi définitivement de cet abruti et trouvez moi rapidement cette infirmière. Elle s'appelle Arline Carett et travaillait à la Rose des Vents. Ca ne devrait pas prendre 10 ans, grogna t il en repartant, fidèlement suivi par tout le monde à l'exception du capitaine et de l'auxiliaire condamné.
_ Et à propos du capitaine Calmina? demanda encore Aliocha sans même se tourner vers l'assistant chargé de ce rapport. Celui-ci, un gamin d'une vingtaine d'année au regard aussi résigné que celui d'un chien battu, s'empressa de répondre.
_ Et bien il se trouve qu'un parallèle a pu être établi entre ce crime et d'autres crimes perpétré selon le même genre, à savoir l'assasinat d'un membre jugé d'importance par le tireur; tireur qui se trouve à chaque fois sur l'un des toits voisins et qui opère au moyen d'une arme basique, à savoir un fusil à lunette longue portée. Ces crimes...
_ J'aimerai avoir de vraies informations, l'interrompit calmement Aliocha.
_ Mais ... mais ce sont des ... je ..., s'embrouilla le jeune homme.
_ Rien d'interessant sur le tueur? Ni sur le mobile? insista Aliocha.
_ Non pas encore, avoua l'assistant dans un souffle.
_ Alors ne réapparait pas devant moi avant d'avoir des informations, lacha Aliocha, magnanime.
_ B-bien m-monsieur, bredouilla le jeune homme avant de filer rapidement, heureux d'avoir échappé à une punition mortelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:54

Le jeune homme qui avait abbattu Fyrya Calmina se trouvait à ce moment là dans une salle d'attente de grande taille, richement décorée. Le sol de marbre, les riches tapisseries aux murs, le mobilier en bois finement ciselé, l'éclairage discretement bleuté donnaient à la piece une atmosphère particulière. Le jeune homme, Filb Carett, s'y sentait à la fois en sécurité et espionné. Rien d'étonnant vu les caméras qui se trouvaient aux quatre coins de la salle.
Filb avait tout juste eut le temps de rentrer chez lui pour se changer avant de venir au rendez-vous. Il avait enfilé son meilleur costume pour venir ici, l'un des meilleurs cabinets d'avocats de toute la ville. Maitre Leckanof, le fondateur de ce cabinet, était connu de l'opinion publique comme un proche du Bazileus. Mais ce que beaucoup ignorait était sa soif de pouvoir et son double-jeu.
En effet, Leckanof était en contact permanent avec la monarchie de Yalni, dernier bastion de résistance officielle au Bazileus. Et depuis la grande offensive contre les Rebelles lancée en plein coeur d'Everquyist, Leckanof avait décidé de semer la pagaille. Il avait engagé plusieurs tireurs d'élites pour tuer diverses personnalités appartenant au régime du Bazileus. Au début, un seul homme avait travaillé pour lui. Mais très vite, d'autres furent enrôlés. La seule consigne était d'opérer de façon identique, avec les mêmes armes.
Ainsi naquit la légende du tireur invisible, opposant au Bazileus. Nul ne savait qui il était, ni comment, ni pourquoi il agissait. Evidemment son apparition subite après la répression envers les Rebelles semblait le désigner comme l'un de ces Rebelles, mais il n'y avait aucun certitudes.
Cependant Filb savait tout ça, car il était précisement l'un des tireurs invisibles. Il était le troisième homme recruté par Leckanof. Mais il ne connaissait aucun des autres snipers. Ainsi l'avait voulu Leckanof. Seul l'avocat connaissait tout. Il était la clé de voûte de cette légende naissante. Il donnait des ordres et Filb obéissait. Ils ne se voyaient que dans le cadre du bureau de l'avocat, comme s'il était un client de l'homme d'affaire.
_ Monsieur Carett? Maitre Leckanof va vous recevoir, lui signala une secrétaire gracieuse, interrompant ses pensées.
_ Merci, répondit il avec un sourire. Pouvez vous me dire comment il est aujourd'hui. S'il est de bonne humeur je veux dire.
_ Pour ça, il n'y a pas de probleme. Il vient de prendre connaissance des bénéfices du mois et ils n'ont pas été aussi bons depuis plus de trois ans, dit elle en lui rendant son sourire.
Filb se dirigea alors vers le bureau de l'avocat sur un petit nuage. La journée était bonne aujourd'hui. Pour Leckanof comme pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:54

_ Bonjour Filb. Ca fait un moment que tu n'es pas venu, le salua joyeusement Leckanof.
_ J'ai eu quelques petits problemes à vrai dire et il fallait que je sois un peu plus prudent que d'habitude... parce que ... j'imagine que vous avez remarqué que les journaux parlent d'une vague description du tueur invisible.
_ C'est donc toi qui a été repéré. Cela ne m'étonne pas faillit dire l'avocat; mais il se retint de justesse. Ménager ceux qui le servaient étaient l'une des clés de sa réussite.
_ Oui ... je suis désolé, mais je ... c'était en tirant sur un général des Procteceurs, mais il y avait trop de monde. J'ai eut de la chance d'en réechapper, s'excusa le jeune homme intimidé et craintif. Ce genre d'erreur pouvait lui coûter très cher lorsque Leckanof était de mauvaise humeur. Heureusement pour lui ce n'était pas le cas aujourd'hui.
_ Bon peu importe. Tout ça appartient au passé. Cela t'aura servi de leçon et d'expérience en même temps. Et puis peut être étit-ce ton jour de chance. Ca ne fait pas de mal parfois.
Mais nous ne sommes pas là pour parler de ça, alors dis moi plutôt pourquoi tu es venu me voir, dit Leckanof en le regardnt dans le fond des yeux.
_ He bien... comme vous savez, je ne travaille qu'à mi-temps et le reste du temps je m'occupe des cibles ... et ça fait déjà un moment que je ne suis plus venu percevoir mon ... ma paie, bafouilla Filb
Décidement, je ne comprends pas comment ce gamin a pu devenir un tireur aussi doué, pensa l'avocat. Si timide, si impressionable que l'ombre de ses instructeurs devaient l'effrayer... Et qu'il ait eut l'idée d'entrer dans l'armée de notre très cher Bazileus. Vraiment etrange. Il doit y avoir quelque chose qui m'échappera toujours chez ce gars là.
_ ... alors voilà, je pensais que peut être vous pourriez m'avancer un peu d'argent, acheva Filb, sortant Leckanof de ses pensées.
_ Oui, oui! Bien sûr. Tu le mérites bien. Mais comme tu le sais il vaut mieux éviter les grosses sommes suspectes et puis ton argent est mieux chez moi. Elle est en sureté, pas comme dans ces banques qui se font braquées une fois par mois... Alors, combien tu veux?
_ J'aurai besoin de 800 Telons, mais si je pouvais en avoir un peu plus ... cela m'aiderait bien, hésita Filb.
_ 800? fit Leckanof faussement indigné. Qu'est-ce que tu en fais? Tu les manges?
_ Non, mais ... j'ai eut quelques ennuis ... et quelques besoins ... naturels. Mais vous savez, je fais attention ... et puis avec ma mère qui vient de perdre son travail, ça va pas faciliter les choses, vous savez.
_ Ta mère a perdu son travail? Pourquoi ça? s'enquit le magistrat, plus par politesse que par réel interêt.
_ Et bien elle travaillait pour un savant spécial, un certain Onrik Swensson. Il est très connu dans le milieu des scientifiques, il parait. Mais ce matin il a congédié ma mère, comme ça, sans prévenir...
Percevant une certaine réticence chez le jeune homme, Leckanof insista légèrement pour tout savoir, le nom de Swensson ayant attiré son attention.
_ A ce qu'il parait, enfin c'est ma mère qui me l'a dit, Swensson faisait des expériences très spéciales, dont la dernière était de redonner vie à un étranger trouvé dans l'espace presque mort. En plus de ça il semblerait que ce matin l'ancienne secrétaire de Swensson se soit repointée avec un gars à la Rose des Vents. C'est la clinique du savant. Et pour couronner le tout, l'assistant de Swensson était semble t il un peu cinglé. Toujours est il que peu après l'arrivée de la secrétaire, des Protecteurs ont débarqués pour fouiller la clinique, bientôt suivis de Swensson puis du mort-vivant de l'espace... Le clou du spectacle, c'est que le Patron du Service Protection et Sécurité était là. Vous savez, Aliocha Djinns.
_ Oui je vois très bien. Continue, c'est intéressant...
_ He bien après tout ce capharnaüm, Swensson a appelé ma mère pour la congédier, comme ça, sans préavis ni rien. Il lui a filé trois mois de salaire en liquide et l'a mise dehors... donc vous comprenez que j'ai un peu besoin d'argent, acheva Filb, tout surpris de son assurance.
_ He bien... Je suis désolé pour ta mère, mais accepterais tu d'organiser une rencontre entre elle et moi? Ici, bien sûr. Car cette histoire m'interesse énormement et ... je pourrai m'occuper un peu de son cas pour obtenir quelques compensations. Disons que ce serait un échange de bons procédés. Je ne lui demanderai rien et ne prendrai qu'un petit pourcentage sur ce que j'obtiendrai pour elle. En échange elle m'informera des travaux de ce Swensson, proposa t il avec un lueur d'envie au fond des yeux. En attendant que tu veuilles bien organiser ça, voici un peu d'argent, dit il en sortant 500 Telons d'un tiroir. Puis après un instant de reflexions, il en sortit 500 de plus et tendit le tout à Filb. Voila de quoi tenir quelques temps... Ha ! et pour les cibles, on va mettre la pression aux Protecteurs. Les principales cibles devront être des gradés, de préférence ayant un rôle important et connu de l'opinion publique. Il ne faut pas laisser retomber la pression... Allez, je te remercie d'être passer me voir. A bientôt Filb. N'oublies pas pour ta mère, le congédia Leckanof avec le sourire.
La journée était vraiment bonne pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:55

Lorsqu'enfin la porte s'ouvrit, Rhys s'ecroula dans le sas de décompression, se déchargeant enfin de son fardeau humain. Toryon tapa le sol avec un bruit mat. Derrière eux un dernier bruit déchirant retentit, vite étouffé par le manque d'air. La carcasse du vaisseau de secours venait de céder, libérant l'air et tout ce qu'elle contenait. Les corps sans vie de Satyia et de Swensson/Danaw partirent dans l'espace comme tout le reste. Il n'y avait plus que des ruines qui graviteraient autour de la lune en se décomposant peu à peu.
Mais Rhys ne pensait pas à ça. Pensait il encore d'ailleurs? Ou bien était ce l'instinct de survit qui le forcait à se trainer vers les commandes de la salle de décompression? En rampant, centimètre par centimètre il progresser, aspirant les dernières molécules d'oxygène que contenant encore la cabine. Soudain il sentit la main de la Mort, comme un étau, le saisir. Ses jambes d'abord, puis son torse, ses bras, sa gorge furent engloutis par le froid spatial. Ses yeux se troublèrent et le bouton vert trembla devant lui, comme s'il cherchait lui aussi à partir dans l'espace.
Un instant il crut voir le visage de son frère devant lui, un visage moqueur qui semblait lui dire :
_ Et voila, c'est ton tour. Tu sais, ce n'est pas si difficile de mourir, il suffit de se laisser aller. Souviens toi de ce que tu m'as fait et subis en les mêmes conséquences.
Et peut être avait il raison. S'abandonner à la Mort n'était ce pas le plus facile et le plus sage? Il faut bien mourir un jour. Galyr Danaw et Kal-Uh-Tê se croyaient immortels eux aussi. Pourtant ils étaient tous les deux morts maintenant. Pourquoi n'irai je pas rejoindre Satyia? songeait vaguement Rhys. Mais la réponse s'imposa nette et évidente. Car il retrouverait Toryon sur sa route.
Dans un sursaut d'humeur, il se dressa sur ses genoux et leva péniblement le bras ver le cadran lumineux de commandes, appuyant sur le bouton vert. Derrière, la porte se referma sans bruit et le sas se remplit d'air chaud et vivifiant. Rhys tint jusqu'à ce que la porte du vaisseau s'ouvre, puis il s'endormit, épuisé par l'effort qu'il venait de fournir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:55

Continuant de s'informer de la situation et de l'évolutions des évenements importants sur Nede, Aliocha atteignit enfin son bureau. Il ne subsitait plus que trois personne avec lui. Un capitaine chargé de sa protection, une secrétaire prenant note de toutes ses injonctions et un homme à l'air mystérieux qui n'avait pas dit un mot depuis le début. Ce dernier, qui ne semblait pas pressé de parler, devait avoir une quarantaine d'année et portait avec un élégance un costume fin blanc bordé de violet. S'apercevant qu'il était derrière lui au moment où il allait pénetrer dans son bureau, Aliocha se retourna avec humeur :
_ Qu'est-ce qu'il veut lui? jappa t il, moitié-pour la secrétaire, moitié pour l'homme en blanc.
_ Lui a rendez vous avec monsieur, répondit il d'une voix trainante. Lui est un ancien ami de Cario Delaig qui a prévenu monsieur de son arrivée et monsieur lui avait même répondu.
_ Mmm. Tu n'as pas remarqué que je suis un peu occupé par hasard?
_ Ha?! Non.
Refrénant son envie d'étrangler cet homme étrange, Aliocha le fusilla du regard puis ordonna au capitaine l'escortant de le débarasser de ce géneur.
_ Ce serait une regrettable erreur, insista l'inconnu.
Le soldat s'approchant de lui pour le bousculer un peu, l'homme se pencha légerement et attrapant le bras du capitaine, le projetta au sol contre une table trois metres plus loin. Se relevant aussitôt, le garde du corps chargea. D'un seul coup bien placé l'homme le terassa. Puis il le souleva comme un fêtu de paille et le lança sur le bureau qu'il avait cogné quelques instants plus tôt. Le meuble s'affaissa bruyament sous cette charge soudaine, sous les yeux atterrés de la secrétaire.
_ Monsieur pense t il toujours être en mesure de me fermer sa porte? interrogea le vainqueur.
_ Oui ! répondit fièrement Aliocha. A moins d'avoir un nom à mettre sur ce visage.
_ Haa ! Le nom. Le nom fait tout. C'est la clé. "Voici la clé pour ouvrir ta porte...." chantonna l'inconnu. Alors je suis Slap Slapes. Directeur des renseignements en provenance de Yalni si cela vous dit quelque chose. Vous savez, Yalni, ce petit continent qui perturbe sans cesse le calme et la stabilité de notre belle planète. Cela vous dit quelque chose?
_ Imbécile! grommela Aliocha. Entrez ici et taisez vous.
_ Mais avec plaisir ... chef !
Une fois la porte refermée, Slapes reprit la parole :
_ Maintenant que nous avons fait connaissance, maitre Aliocha peut être pourrai je vous poser une question?
_ Evitez de m'appeler ainsi, je ne suis pas de très bonne humeur.
_ Non, sans blague. Ouf, j'ai eut peur. J'ai cru que c'est tous les jours que vous condamniez une dizaine de personne à la mort. Mais si c'est seulement quand vous êtes de mauvais poil, tout baigne. Je vais juste essayé de ne point vous froisser.
Aspirant un grand coup pour se calmer, Aliocha s'assit.
_ Ne vous a t on jamais enseigné le respet et la politesse, Slap Slapes?
_ Je ne suis pas fait pour ces choses. Là où je vis, je dois être discret toujours, silencieux souvent, repéré jamais. Comme vous pouvez voir, dès que je peux je fais tout l'inverse, sourit il.
_ Bien vu. Et comme vous n'êtes plus sur Yalni vous changez... changez donc aussi votre attitude, hurla le fils du Bazileus. Surtout lorsque vous vous trouvez devant moi. Apprenez à me respecter ou disparaissez. Je n'ai pas besoin d'un gigolo dans les pattes en ce moment.
_ Ho ... je m'excuses, répondit Slapes avec un sourire ironique et une courbette insinuant tout le contraire.
_ Pourquoi êtes vous ici? répliqua Aliocha.
_ Pour deux raisons. La première étant la moins interessante, c'est à dire vous donner quelques nouvelles de Yalni : nos troupes progressent régulièrement en partie grâce à mon réseau d'espion. Mais l'ennemi possède également de bons espions ici. Pas dans les camps de bases d'où partent les soldats, mais ici, dans la capitale de l'Empire. Et d'après ce que j'en sais ce sont des gros poissons.
_ Des noms?
_ Bien sûr! Aliocha Djinns, Acadar V ...
_ Très drôle, grogna Aliocha en entendant son nom et celui du Bazileus.
_ Evidemment que non. Pas de nom. Nous n'avons quand même pas à faire avec des abrutis en face. Ils sont loin d'être démunis d'intelligence et d'expérience. N'oubliez pas que ce sont nos plus vieux ennemis. Ils nous connaissent donc très bien.
_ L'inverse est également vrai je crois.
_ Oui. Sauf que nos généraux ne sont pas toujours très réceptifs ànotre connaissance de l'ennemi. Mais j'ai l'habitude d'être un incompris dans ce monde horriblement violent et brutal.
_ Votre cirque m'épuise Slapes.
_ Pardonnez moi Altesse, fit il en inclinant la tête, je vais tout faire pour me corriger.
_ Bon, et la deuxième raison de votre venu ...
_ Comment est mort Cario Delaig, répondit il d'un ton glacial, soudainement sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:57

Emergeant du brouillard de son esprit, Rhys vit deux pieds au niveau de son nez ou plutôt deux semelles. Bougeant péniblement il réussit à se mettre sur le dos et remarqua la console de commande du sas et aussitôt tout lui revint en mémoire : le visage sans vie de Satyia, le regard vide de Swensson, la folie de Toryon et la mort de Swensson, suivit de la destruction du vaisseau de secours. Il avait réussi à se sauver encore une fois, mais quelque chose le génait, quelque chose dont il n'arrivait pas à se souvenir.
Il réussit à s'asseoir et se prit la tête entre les mains pour refléchir lorsque l'autre corps s'agita.
_ Où ... suis je? ... Ma tête ... Que ... s'est il pa...ssé?
_ Je suis désolé Toryon, mais ... je t'ai sauvé la vie, répondit le cyborg mal à l'aise.
_ Satyia ... marmonna Toryon en laissant sa tête retomber sur le sol. Non ... non, c'est pas possible.
Sans répondre, Rhys se leva et aida Toryon à faire de même. L'entrainant à l'intérieur du vaisseau, il se rappela alors ce qu'il avait vu avant de sombrer dans le brouillard de l'inconscience : le visage de son frère qui semblait l'appeler !
_ Pourquoi a t il fait ça, Rhys? Pourquoi? sanglotait Toryon completement abattu.
_ Il était fou! répondit il dans un souffle absorbé par ses pensées.
Un long silence s'installa, uniquement entrecoupé par les reniflements de Toryon. Puis soudain Rhys s'anima.
_ Voila ce qu'il a dit ! Que j'allais subir la même chose que lui. Mais je ne suis pas mort ... est-ce que ...
_ Qu'est-ce que tu dis? l'interrompit Toryon d'une voix pâteuse.
_ Mon frère n'est pas mort! Je ne l'ai pas tué! répondit Rhys toujours perdu dans ses pensées, sans faire attention au jeune homme. Ce dernier demeura un instant interloqué avant de comprendre que Rhys semblait s'être déjà consolé de la disparition de Satyia.
_ Alors tu t'en fous! Tu disais que tu l'aimais, mais finalement elle ne représentait rien pour toi, rien de plus que n'importe qu'elle femme. Ce n'était qu'un tas de chair avec lequel tu pouvais jouir, hein.
_ Ne dis pas de bêtise, réagit Rhys brutalement ramené à la réalité. Tu ne sais pas ce que tu dis. Tu ne sais rien de notre relation. Tout comme tu ne sais rien de moi. Tu à passé ta vie dans une ville, aussi grande soit elle, et tu crois tout connaitre, mais crois moi tu n'as rien vu. Tu te croyais plongé jusqu'au cou dans l'horreur humaine, mais moi je te le dis, tu n'as rien vu... Et à propos de Satyia, oui je suis désolé, j'en suis même triste. Mais c'est du passé. Tu l'as vengée et il n'y a rien de plus à faire. Je n'ai jamais été très doué pour jouer les pleureuses, ce n'est pas aujourd'hui que ça va commencer, s'emporta t il. Puis devant le spectacle pitoyable de Toryon accablé et surpris, ne sachant plus quoi penser, Rhys se calma et s'excusa.
_ Pardon, mais je suis aussi sur les nerfs. Je crois qu'on ferait bien de se reposer avant de penser à l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:57

La question de Slap Slapes intrigua fortement Aliocha. Comment cet homme pouvait il savoir que la mort de Delaig n'était pas naturel? Et le soupçonnait il d'en être la cause?
_ C'est quoi cette question? réagit il. Je ne vois pas en quoi cela vous concerne et tout ce qui été à dire à ce sujet a déjà été dit.
_ Cario était un ami d'enfance et aussi étrange que cela puisse paraitre, j'y tenais. Tout comme lui tenait à moi. La dernière fois que je suis passé ici, il m'avait parlé de vous et de beaucoup d'autres choses. Et Cario n'était pas homme à mourir si jeune.
_ Tout est relatif bien sûr, répliqua Aliocha. Sa jeunesse était tout de même bien entamé.
_ Pas plus que la votre, répondit Slapes méchament. Vous cachez votre jeu depuis trop longtemps. Il faudra bien que vous soyez honnête un jour ou l'autre, sinon cela se retournera contre vous.
_ C'est très aimable de vous occuper de moi, ironisa Aliocha heureux d'amener l'espion sur un autre sujet de conversation, mais j'ai déjà pris mes dispositions à ce sujet. Cependant je suis toujours ouvert à toutes reflexions.
_ Alors voici la mienne de reflexion : vous cachez votre jeu en même temps que votre ambition. Vous voulez toujours plus de pouvoir et cela passait par le poste que vous occupez actuellement. Comme par hasard vous êts le seul à avoir assisté à la mort de Cario. Cela fait beaucoup trop de coïncidence pour moi. Je n'ai pas de preuve et n'en aurai surement jamais, mais j'ai du pouvoir. Beaucoup plus que vous ne pouvez le croire. Je vais vous faire payer Djinns !
Gardant son calme, Aliocha lui fit remarquer que dévoiler son jeu n'était pas très malin, tout en lui signalant qu'il n'avait plus rien à lui dire.
_ Sortez d'ici et n'esperez pas y revenir. La prochaine fois que nous nous verrons, ce sera en salle d'interrogatoire, le menaça t il.
_ Reste à savoir qui sera assis avec les fils électriques branchés sur ses parties intimes, répondit Slapes avec un regard noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:58

Filb Carett rentra chez lui après quelques heures passés dans différents bars. Non qu'il aime boire outre-mesure, mais là bas il croisait nombre d'amis et pouvait discuter et jouer avec eux aux cartes, au triomino ou à des jeux de hasard dont il était si friand. Sa mère venait juste de rentrer des courses et commencait à ranger les poches de surgelés, la nourriture fraiche coutant trop chère.
_ Maman, j'ai un truc à t'annoncer. Un truc qui va te faire bien plaisir, lui dit il aussitôt.
Arline Carett, l'ancienne infirmière de la Rose des Vents, posa le sac qu'elle tenait à la main et du regard interrogea son fils en se demandant quelle ânerie celui-ci avait encore fait.
_ Je t'ai déjà parlé de maître Leckanof, tu sais, cet avocat si connu et ami du Bazileus. Et bien il voudrait te voir. Il est prêt à t'aider pour obtenir une grosse indemnité financière pour ton licenciement abusif. En échange il ne demande rien. Enfin pas grand chose, quoi. il voudrait juste que tu lui parles de ce que tu faisais pour Swensson. Après tout ce qu'il t'a fait ce n'est pas bien grave si tu causes un peu, hein!
_ Dans quoi es tu encore parti te fourré Filb? Et en plus de ça tu me mêles à tes affaires. Cela ne m'interesse pas. Je n'aime pas beaucoup avoir à faire avec des gens qui ne s'interessent qu'à l'argent et au pouvoir. Je ne cherche pas l'aventure, moi.
_ Mais il n'est pas question d'aventure. Il s'agit de ton futur. Avec l'aide de Leckanof tu peux trouver rapidement un autre emploi tout en touchant des indemnités interessantes. Tout ce qu'il demande c'est deux-trois renseignements.
_ Je suis désolé, Flib, mais je suis lié par ce qu'on appel le secret professionel. C'est quelque chose que tu ne connaitras sans doute jamais, mais ...
_ Ho ça va. Tu ne vas pas recommencer ton refrain préféré. J'ai un boulot qui m'occupe bien en ce moment et ça paie pas trop mal. Et c'est justement maitre Leckanof qui m'a déniché ça.
_ Oui et c'est aussi lui qui veille sur ton argent et tout et tout, tu me l'as déjà dit. Mais en attendant je te vois plus souvent trainer ici que travailler et tu ne sembles pas avoir d'horaires. Je prefere encore que tu me dises la vérité et que tu avoues que tu n'as rien du tout. Avec un peu de chance tu n'es jamais allé chez ce Leckanof.
_ C'est ça je suis un menteur et un bon à rien, s'énerva le jeune homme, et bien si tu veux la preuve du contraire tu viendras avec moi demain et nous irons voir Leckanof. Et ne cherches pas d'excuses, c'est trop facile de me critiquer sans jamais chercher à savoir si j'ai raison ou non. Alors soit tu viens avec moi demain, soit je te laisse finir ta vie toute seule.
_ Très bien! Puisque tu y tiens je viendrais. Et je vais lui toucher deux mots à ton "Maitre" Leckanof.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:58

Il devait déjà faire nuit sur la capitale de Nede lorsque Toryon rejoignit Rhys dans la salle de commande du vaisseau. Celui ci s'était installé confortablement, les pieds sur la table, et croquait une ration de survie trouvée dans une carton oublié dans l'une des salles du vaisseau.
_ Mrff ... tiens te v'la. T'as pas faim?
_ Non, ça va, répondit Toryon toujours choqué par la mort de Satyia.
_ Tu sais, faut pas se laisser abattre. Et je sais que ces trucs sont vraiment infâmes, mais c'est quand même mieux que de se laisser mourir de faim. Allez forces toi un peu, lui répondit Rhys en lui envoyant une ration que Toryon rattrapa au vol avant de la poser à coté de lui.
_ J'ai pas arreté de reflechir ...
_ Ca se voit ! T'aurais mieux fait de dormir.
_ ... et je me suis dit que Satyia n'était pas encore vengée. Parce que si c'est Swensson qui l'a tuée, c'est à cause de Djinns que nous sommes là ...
_ Ce pauvre Aliocha va donc souffrir, c'est ça?
_ ... et je compte bien le tuer lui aussi, oui, affirma Toryon.
_ Tu te rends compte que c'est impossible, j'espere. Et que ça releve de la folie pure.
_ Je pensais que tu accepterais peut être de m'aider, insista Toryon.
_ Pour ça il faudrait déjà que tu m'écoutes, répondit calmement Rhys.
_ Que veux tu me dire?
_ C'est bien ce que je disais, tu ne m'écoutais pas. Mais je disais donc que tuer Aliocha Djinns est tout simplement de la folie. Je suis sûr qu'il y a beaucoup de monde qui a les mêmes ambitions, mais vois tu, Aliocha est loin d'être idiot et il est protégé en permanence par des gardes du corps et par des technologies dont nous ne soupçonnons mêmes pas l'existence. Je sais bien que tu t'en fous, mais à mon humble avis, c'est impossible de le tuer, ni même de l'approcher. D'ailleurs dès que nous poserons un pied sur nede nous serons immédiatement arreté et exécuté. Alors vouloir s'approcher du Patron de la sécurité sur Nede ... c'est de la folie douce, acheva Rhys avec un sourire éclatant.
Toryon le regarda un moment avec un regard fievreux, puis répondit en regardant dans le vague :
_ Alors j'irai seul puisque tu as peur. Et je vengerai la mère de mon enfant.
_ Mais je n'ai jamais dit que je n'irai pas, ajouta Rhys, j'ai simplement dit que c'était de la folie et que cela relève de l'impossible. Mais tout le monde sait que je suis fou et j'ai toujours aimé me jetter dans la bouche du loup. La vie ne vaut le coup d'être vécu que si l'on joue avec la mort. C'est ce que disait l'un de mes amis.
Cette fois c'est avec un grand sourire que Toryon leva la tête.
_ Alors c'est vrai? Tu viens avec moi? Tu veux bien m'aider? ... Merci Rhys, merci. Tu ne peux pas savoir ....
_ Et je ne veux pas le savoir, le coupa t il redevenu sérieux. Je le fais pour certaines raisons que tu ne comprendrais pas. Et je te demande une chose également. A partir de maintenant, je commande et tu obéis. Si tu refuses, je ferais ça seul. Et il est temps également que tu fasses ton deuil. Tant que tu n'auras pas accepté la mort de Satyia, tu ne seras pas apte à te battre. Compris?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:59

Slap Slapes rejoignit rapidement son hôtel. Encore plus méfiant que d'habitude, il ne cessait de se retourner et de faire des détours pour éviter d'être suivi. Mais il ne remarqua jamais rien de suspect. Du moins jusqu'à ce qu'il atteigne l'hôtel. Avant même d'entrer, il remarqua le véhicule stationné de l'autre coté de la rue. Beaucoup trop gros pour être un véhicule privé. Et à cette heure là il n'y avait pas souvent de travaux sur le réseau électrique.
<Au moins je sais à quoi m'attendre> songea t il en pénetrant dans l'immense bâtiment à la facade de marbre. Le "Marmoréen" méritait bien son nom d'ailleurs. A l'intérieur le marbre était omniprésent, sous toutes ses formes et toutes ses couleurs. Jusqu'au marbre turquoise importé de Yalni malgré la guerre opposant ce continent à l'empire du Bazileus. Mais ce n'est pas le marbre que remarqua Slapes. Le coursier qui attendait au pied de l'ascenseur de verre n'avait jamais été coursier de sa vie et il n'attendait qu'une personne : Slap Slapes. Décidant de s'amuser, il se dirigea résolument vers le faux coursier.
_ Bonsoir ! J'aurai besoin d'aide pour porter mes valises, veuillez m'accompagner, commanda t il au garçon comme il l'aurait fait pour n'importe quel coursier.
Celui-ci hésita un instant avant de répondre en évitant le regard de Slapes.
_ Bien, je suis à vous tout de suite. Je vais prévenir le responsable.
_ Le responsable attendra, j'ai besoin de toi tout de suite mon garçon, insista t il en le poussant dans l'ascenseur. Une fois à l'intérieur il continua son petit manège. Je dois changer d'hôtel rapidement et j'ai besoin d'un petit coup de main pour faire mes bagages. Un petit ennui avec un supérieur. Enfin vous devez savoir ce que c'est... Je compte m'installer au Bazileum. C'est un peu moins confortable qu'ici, mais ça reste agréable, dit il alors que l'ascenseur s'arretait à son étage.
De plus en plus inquiet, le coursier regardait de tous cotés en esperant trouver une planche de salut, tout en prenant garde à ne pas trop se tourner vers Slapes, de crainte que celui ci ne repère le minuscule micro qu'il portait dans l'oreille gauche. Il devait également gagner du temps pour être sûr que les experts qui fouillaient la chambre de Slapes aient le temps d'en ressortir. Pour cela il partit vers la gauche, sachant pertinemment que la chambre de l'espion se trouvait sur la droite.
_ C'est par ici jeune homme, lui fit remarquer Slapes en sortant la clé magnétique de sa porte et en l'introduisant dans la serrure.
Le faux coursier, faussement désolé revint alors à grand pas. Soudain, trébuchant volontairement, il tomba sur la porte sécurisée et bouscula Slapes. Ainsi le bruit prévenait les hommes qui se trouvaient à l'intérieur, s'ils s'y trouvaient encore, qu'un danger approchait, et surtout il gagnait encore du temps en interrompant la procédure d'identification nécessaire à l'ouvertur de la porte. Une voix féminine aux sonorités électroniques s'éleva confirmant ses espoirs :
_ Identification interrompue. Veuillez retirer votre carte.
_ Excusez moi, je suis vraiment désolé. Je me suis pris les pieds dans le tapis, se justifia t il avec un air vraiment craintif, le regard de Slapes étant pour le moins inamical.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:59

_ Oublions ça, fut la réponse de Slapes. Réintroduisant la clé magnétique, l'espion posa la paume de sa main gauche sur l'ecran tactile et plaça ses deux yeux face au détecteur laser.
_ Identification réussie. Vous pouvez entrer.
_ He bien cette fois, il n'y a pas eut de probleme; c'est parfait, marmonna Slapes avec un clin d'oeil vers le coursier.
Celui-ci le suivit avec crainte, se demandant ce qui allait se passer. Il lui semblait évident que Slapes remarquerait que sa chambre avait été fouillée, mais il devait jouer le jeu.
_ Excusez moi jeune homme. Un besoin naturel à satisfaire, sourit Slapes en disparaissant dans la salle de bain. Vous pouvez commencer à ranger ce qui se trouve dans l'armoire, ajouta t il cependant avant de fermer la porte.
Aussitôt le faux coursier activa son micro dissimulé dans son uniforme et dans un murmure informa son interlocuteur que Slapes allait changer d'hôtel pour rejoindre le Bazileum. On lui répondit qu'il serait attendu. En attendant il devait jouer au coursier jusqu'au bout. Un bruit discret de porte qui s'ouvre obligea le jeune homme à couper immédiatement la conversation. Slapes réapparut plus souriant que jamais.
_ Alors mon petit ami, on dirait que vous ne travaillez pas très vite, plaisante t il, certain de le mettre mal à l'aise.
_ Je ... j'admirai la vue. Je ne rentre pas souvent dans ces chambres, s'empressa de dire le coursier.
_ Ha ... et tu voulais en faire profiter tes amis, c'est ça? s'amusa Slapes. Puis il se jetta sur le coursier et, avant que celui-ci ne comprenne, le frappa violement à la tempe. Le jeune homme s'ecroula sur le coté du lit. Slapes saisit alors la table de nuit et en frappa le coursier déjà inconscient. Un seul coup suffit pour lui faire éclater la tête. Le marbre de la table de nuit se colora de rouge au contact du mort.
<C'est vrai que ça manquait de couleur> songea l'espion avec bonne humeur. Le jeu reprenait de façon innatendue et ce n'était pas pour lui déplaire.
Il se dirige ensuite vers le placard et après avoir vérifié que le double fond du meuble n'avait pas été découvert en sortit un petit sac noir. Emportant uniquement ce bagage il sortit de la chambre et se glissa rapidement vers l'escalier. En bas il salua rapidement l'hotesse d'accueil et lui dit qu'il revenait rapidement.
Parvenu dehors il héla un taxi en maraude.
_ Au Xator, demanda t il au chauffeur.
_ Bien chef. Z'avez pas de bagages?
_ Seulement ce sac. Mais je voyage toujours léger, expliqua Slap Slapes.
_ Vous quittez le Marmoréen pour le Xator, s'étonna le chauffeur.
_ He oui. Tout ce marbre, je trouve ça ... écrasant. D'ailleurs ce n'est pas le dernier coursier que j'ai vu qui dira le contraire...
_ Certes mais à c'qui parait le service est parfait.
_ Mais je ne suis pas exigeant ... Tiens lachez moi là. J'ai changé d'avis. Je vais finir à pied, commanda Slapes.
_ Comme vous voudrez m'sieur, mais le Xator est encore loin.
_ Je suis au courant. Et si quelqu'un vous demande où vous m'avez laisser, dites lui que je vais à l'Ebalar, ajouta t il avec un clin d'oeil. Puis il paya et s'élança dans une rue transversale en sifflotant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 16:59

Aliocha sortait d'une entrevue avec le Bazileus lorsqu'il apprit la disparition de Slap Slapes. Le sous-officier lui apportant la nouvelle fut surpris de le voir sourire: d'habitude la réaction était plutôt brutale et dangereuse pour le messager.
_ Puisqu'il veut jouer, nous allons jouer, marmonna t il. Contactes immédiatement le général Elioches des Protecteurs ainsi que Chass Bridqes, le responsable du service des Frappes Secrètes, je veux les avoir en vidéo conférence très vite, ajouta t il.
Une fois dans son bureau il reprit le dossier de Slapes et le reétudia une fois de plus avant d'en envoyer une copie au général des Protecteurs et au responsable du service FS.
_ Cette fois tu ne t'en sortira pas comme ça, pensa t il en fixant la photo de Slapes, et tu n'es pas prêt de repartir sur Yalni, parole d'Aliocha.



Après avoir dormi, une fois de plus obligé par Rhys, Toryon retrouva se dernier dans le fauteuil de pilote du destructeur.
_ Alors tu as un plan maintenant? Et pourquoi m'as tu obligé à dormir alors que toi tu es toujours ici?
_ Cela ne m'empeche pas de me reposer, contrairement à toi. De plus tu n'es plus toi même en ce moment. D'après ce que je sais de toi, tu es très doué et très intelligent... et ne prend pas ça pour un compliment... malheureusement la mort de Satyia et vos aventures t'ont un peu tourné l'esprit. Donc tant que tu ne seras pas redevenu toi même, nous ne ferons rien. Voila mon plan.
_ Tu veux qu'on reste là, à l'abri de cette lune, sans rien faire? rétorqua Toryon ébahi.
_ Non, ce n'est pas ce que j'ai dit.
_ Alors quoi? Dis moi!
_ Ce sera la surprise du chef. En attendant je te conseille de t'installer dans ce fauteuil, dit il en désignant l'un des sièges qui se trouvaient devant lui, et de bien t'attacher, nous allons passer en hyperespace. Notre destination étant assez éloignée, nous devrions mettre une petite dizaine de jours. Je pense que nous auons de quoi survivre pendant ce temps.
_ OK, mais que dois je faire maintenant, demanda Toryon en s'attachant sur son siège. Je ne vais quand même pas rester ficelé ici pendant 10 jours j'espere.
_ Pourquoi pas? Tu seras sage au moins, sourit le cyborg, tout en pensant que Toryon reprenait enfin goût à la vie.
_ Et plus sérieusement?
_ Tu vas observer l'ordinateur qui est devant toi et apprendre à te diriger avec un vaisseau spatial. D'ici une semaine tu devrais pouvoir piloter sans trop de probleme. Nous ferons des pauses aux abords de certaines planètes inhabitées pour dormir et nous en profiterons également pour que tu t'entraine à attérir et à décoller.
_ A vos ordres, chef!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mar 6 Fév - 20:41

Arline et Filb Carett entrèrent ensemble dans la somptueuse salle d'attente du cabinet d'avocat de Leckanof. L'infirmière en eut d'abord le souffle coupé. Tout ce luxe était déjà surprenant mais que son fils y entre régulièrement l'était encore d'avantage.
_ Alors tu vois que je ne te mentais pas cette fois, lui dit son fils après avoir annoncé à la secrétaire qu'il avait un rendez vous avec l'avocat dirigeant le cabinet.
_ J'ai l'impression de rêver, répondit Arline.
_ Et tu n'as pas finit, tu peux me croire.
Filb n'eut pas le temps d'en dire d'avantage. La porte s'ouvrit laissant passer la stature impressionante de Slidaiim Leckanof. Bien que l'ayant déjà vu souvent, Filb était toujours aussi impressioné lorsqu'il se retrouvait face à Leckanof debout. Celui ci mesurait plus de deux mètres et pesait plus de 130 kilos, tout en muscle. S'apercevant qu'il produisait le même effet sur la mère que sur le fils, Leckanof s'empressa de sourire et de saluer Arline Carett, la priant d'entrer dans son bureau.
Après quelques mots sans intérêts, l'avocat décida d'aller droit au but et demanda à l'infirmière si elle accepterait de lui parler de ce qu'elle avait pu voir et constater à la Rose des Vents.
_ Mon fils m'a dit que vous accepteriez de m'aider à retrouver un emploi et qu'en échange je pourrai vous rendre de menus services, mais visiblement c'est l'inverse que vous souhaitez, fut la réponse d'Arline Carett.
Toujours souriant, Leckanof expliqua que l'un n'allait pas sans l'autre.
_ Alors je crois que je n'aurai pas du venir ici. Je suis désolée monsieur, mais les informations que je possède ne sont pas à vendre, rétorqua t elle vexée.
_ Permettez moi de vous faire remarquer que ces informations je vous les demandes avec gentillese, riposta l'avocat.
_ Vous me menacer? demanda Arline en colère et inquiète.
_ En aucun cas, affirma Leckanof, je ne fais que vous prevenir. D'autres pourraient être plus désagréables pour obtenir ce qu'ils veulent. Et ce serait dommage pour vous comme pour moi. De plus nos intérêts dans cette histoire sont assez proches et ...
_ Je ne vois pas en quoi nos intérêts sont communs. Le mien est de me taire et d'oublier ce que j'ai vu là bas alors que le votre est de savoir. Mais permettez moi de vous dire seulement ceci mon cher monsieur : je n'ai jamais trahi personne et ce n'est pas aujourd'hui que je vais commencer. Sur ce, je vous salue, dit elle en se levant.
_ Il n'est pas question de trahison mais de survie. D'après ce que j'en sais vous avez déjà trahi en travaillant dans cette clinique; vous avez trahi le Bazileus!
_ Puisque vous savez tant de choses, je ne vois pas en quoi je puis encore vous être utile. Viens Filb, nous partons.
_ Je ne crois pas que ce soit une bonne idée maman. Tu sais, maitre Leckanof dit vrai en parlant d'intérêts communs. Pour le reste je ne sais pas, mais je lui fait confiance. Jusqu'à présent il m'a toujours aidé et donné de bons conseils, et je suis persuadé que c'est toujours le cas.
Retrouvant son sourire, Leckanof remercia dun hochement de tête l'appui inespéré que lui offrait le jeune homme. Il s'apprêtait à proposer un peu de temps de reflexion à Arline Carett, lorsque Filb reprit.
_ Je sais que tu ne me fais pas confiance maman. Je sais aussi que maitre Leckanof me prend pour un idiot. Mais cela ne change rien à ce que je suis, ce que je ressens. A défaut d'être intelligent j'ai un 6e sens que l'on pourrait qualifier d'instinct et que j'ai toujours suivit. Enfin presque... Les deux fois où j'ai agit après avoir refléchit, ça a provoqué une catastrophe. La première fois, mon père en est mort. La deuxième, c'est moi qui suis passé près du néant. Et ça a mis en danger ma collaboration avec maitre Leckanof. Il m'a fallut beaucoup de chance pour échapper au danger... Cette fois mon instinct me dit que tu devrais accepter maman. En échange vous lui direz la vérité, acheva t il en se tournant vers l'avocat.
Un silence total s'abattit sur la piece. Filb n'avait pas l'habitude de parler sérieusement si longtemps et son discours avait fait mouche. Sa mère s'éloigna doucement de la porte, sans oser regarder Leckanof. Et l'avocat, perdu dans ses pensées, regardait dehors, encore hésitant. Filb semblait si sincère et si franc...
_ En ce qui me concerne, j'accepte de joueur cartes sur table, annonça tout de même Slidaiim Leckanof.
_ Je vais essayer de faire un effort, répondit Arline en regardant son fils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Brouillon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Brouillon
Revenir en haut 
Page 5 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un brouillon dans la partie Ecrits
» brouillon (phil02)
» Brouillon de fiches d'unités (guerre de Trente Ans)
» [REQUETE] Appli pour gestion des SMS
» Recherche fanzine et webzine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les histoires de Charlie :: Bibliothèque :: Le voyageur de l'espace-
Sauter vers: