Les histoires de Charlie

Histoires de...
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le lapin

Aller en bas 
AuteurMessage
Charlie
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Le lapin   Ven 28 Mar - 2:05

Debout, les mains et le visage sanglant, il regarde au loin sans rien voir, les yeux perdus dans les nuages.



Il tient à la main un lapin mort qu'il vient de tuer avec un gros morceau de bois. La massue est posée à coté, dégoulinante de sang et de cervelle mêlée. Le lapin a une tête en charpie. Lui a un sourire d'enfant, les cheveux en bataille. Il est pied-nus, vêtu de loques trouées en de multiples endroits. Mais il n'y fait pas attention malgré le vent froid qui secoue les arbres derrière lui.
Il est sur la plage. Sa plage. Personne ne vient jamais ici. Il est seul. La mer et le sable sont ses seuls amis, ceux qui lui apportent la chaleur véritable, celle qui ne s'échappe pas par les trous d'une chemise. Il sent le sable qui s'infiltre entre ses orteils. L'eau salé lui bat les mollets, mouillant le bas de son pantalon crasseux. Il est heureux. Loin de tout. Loin de tous. Loin du bruit. Loin des cris.

Justement un cri retentit derrière lui. Ca vient de la forêt. Mais rien ne bouge. Tout a l'air calme. Il peut revenir sur le sable sec. Jetant le lapin mort et dégoulinant de sang, il s'approche du feu et jette la massue dedans, pour faire monter la flamme qui bientôt rôtira la viande parfumée de l'animal qu'il vient de chasser. Il va pouvoir festoyer en toute tranquilité...


- Salut l'ami ! Je vois que tu prépares un bon repas. Tu ne verras pas d'inconvénient à ce que je t'accompagne, j'espere. J'ai une faim de loup.
L'inconnu s'est approché sans bruit, tirant son cheval par la bride. Il est grand, flotte dans ses vêtements et a une mine affreuse. On dirait qu'il n'a rien mangé depuis un mois. Une barbe naissante mange le bas de son visage. Ses cheveux longs lui retombe sur le visage. Il s'assoit déjà, se chauffe les mains à la flamme claire qui monte dans le crépitement serein d'un feu bien sec.
Mais lui n'aime pas les étrangers. Celui-là encore moins qu'un autre. Il n'a pas un visage honnête. Et puis d'où vient-il ? Que fait-il ici ? Serait-il venu le chercher ? Le dernier qui a voulu le ramener à la ville n'a pas réussi son coup...

Il s'en souvient comme si cela venait de se produire. L'étranger l'avait tiré de force vers la forêt. Il n'arrêtait pas de parler. Il parlait de la ville. Il parlait du Maitre. Il parlait aussi du confort d'un lit. Il parlait de repas agréable au coin de la cheminée. Il parlait des hommes. Il parlait sans cesse. Il parlait encore. Il parlait toujours. Il parlait, il parlait ... et soudain il s'était tu. Il avait arrêté de parler au moment exact où sa tête avait heurter le sol, juste à coté du gros caillou blanc. L'étranger s'était redressé avait essayé de le rattraper. Mais lui s'était déjà dégagé. Le gros caillou blanc l'attirait. Le gros caillou qui fut eclaboussé de rouge. Le gros caillou qui était blanc et rouge .. et poisseux. Et l'autre qui se taisait, dans un silence si agréable. Lui avait continuer à taper avec le gros caillou blanc jusqu'à ce que la tête de cet étranger ne ressemble plus à rien, sinon une masse informe et rougeâtre d'où ressortaient quelques morceaux de blanc pointus.
C'est ce qu'il ferait à l'inconnu, celui qui avait une faim de loup. D'ailleurs n'avait il pas aussi une tête de loup. C'est à peine si on voyait sa peau et ses yeux brillaient méchament. Il était sûr que ce n'était pas un homme. L'inconnu était là pour manger son lapin et après ça, il l'entrainerait dans les bois lui aussi...


- Alors, il cuit ce lapin ? Parce que moi, l'odeur de la viande grillée, ça me donne faim !
Il tourne le dos à l'inconnu, mais il sent ses yeux qui le fixe avidement. Il sait que lorsqu'il se retournera l'autre lui sautera à la gorge, découvrant ses crocs énormes. Mais cela n'arrivera pas. Il repose le lapin presque cuit. Il attrape la massue, la cale bien fermement dans sa main et ...

Il s'est retourné d'un coup, mais l'autre est partie. Il a eut peur. Même le cheval a disparu. Sans laisser de trace. Le sable est lisse jusqu'à la forêt. L'inconnu n'est plus. Il l'a déjà oublié. Qu'importe. Il en viendra d'autres. En attendant il sent son ventre gargouiller. Il a faim. Les vagues qui viennent lui lécher les pieds lui rappelle que son feu ne peut pas prendre dans l'eau. Il a déjà essayé plusieurs fois sans succès. Mais il n'arrive pas à tirer ce gros mât hors de l'eau. Alors il repose son gourdin sur le petit tas de bois humide et verdâtre. Le plus important c'est de manger.

Il attrape le lapin. Il le caresse. La peau est encore si douce malgré la raideur des membres. C'est dommage qu'elle soit teinté de rouge. Comme les yeux de l'animal avant qu'il ne l'assome, puis ne la tue. A moins que le lapin ne soit mort avant ? C'est peut être pour ça qu'il y avait autant de fourmis autour.
He bien les petites bêtes noires ne seront pas les seules à manger du lapin aujourd'hui. Il ouvre grand la bouche et mord à pleines dents, fait craquer les os, déchire la peau, arrache la chair encore tiède. Le sang qui est déjà rouge sombre lui coule sur le menton, tache sa chemise trouée. Il s'essuie la bouche d'un revers de main, mord une deuxième fois, mastique lentement et avec force...

C'est si bon de manger. Il vient d'avaler la dernière bouchée. Il y avait comme un goût de terre humide. Un goût d'herbe fraiche, de celle que devait manger le lapin.

Maintenant il se sent bien. Il est heureux. Il a le ventre plein.



Debout, les mains et le visage sanglant, il regarde au loin sans rien voir, les yeux perdus dans les nuages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredecharlie.realbb.net
 
Le lapin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Godiveau de veau, de volaille ou de lapin
» Le p'tit monde de Jeannot Lapin (intro)
» [chantournage] puzzle lapin
» Gibelotte de lapin
» Lapin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les histoires de Charlie :: Bibliothèque :: Les solitaires-
Sauter vers: